Religion-Semaine Sainte : Le Pasteur Ediémou parle à la Côte d’Ivoire et aux Chrétiens Célestes

0 623

Gloire à Dieu, au plus haut des cieux. A Dieu seul la gloire. A Dieu seul les adorations et les actions de grâces. Pour que la paix et la grâce soient sur la terre et que règne la vraie paix dans notre pays, la Côte d’Ivoire. Nous l’avons déjà dit, et nous le répétons, l’année 2020 ira vite, avec les surprises agréables pour les uns, et désagréables pour les autres. On peut considérer le coronavirus comme une surprise désagréable. Et surtout, il y aura beaucoup de morts subites. A travers ce que nous voyons avec le virus, Covid 19, Dieu nous regardant, nous pouvons déjà nous poser la question : n’est-ce pas une colère de Dieu ? N’est-pas une manière pour Dieu de nous dire qu’il existe et que rien ne nous appartient ? Même nous-mêmes ? Et que tout lui appartient, même nous-mêmes ? Dieu ne veut-il pas que nous nous arrêtions un moment pour réfléchir à ce qui s’est passé dès la création ? Nous avons vu par les saintes écritures, pour les chrétiens, la sainte bible, que depuis la création, l’homme n’a pas été reconnaissant envers Dieu. Des anges n’ont pas été reconnaissants envers Dieu. Notamment le chef des anges, Lucifer. Lucifer a trahi Dieu, en demandant aux autres anges de l’adorer dans les cieux. L’homme a trahi Dieu, en désobéissant à Dieu, pour obéir à Lucifer. Les conséquences sont là. Le prophète Oshoffa nous disait « si on s’arrêtait pour dire, ‘’le diable, toi qui a désobéi à Dieu, va demander pardon à Dieu, pour te réconcilier’’ ». Si le diable demandait pardon, est-ce que Dieu n’allait pas accepter ce pardon ? L’homme a désobéi à Dieu. Il a affronté Dieu dans la désobéissance, dans l’indiscipline, pour obéir au Diable. Qu’en est-il de l’orgueil de Caen ? » Quand Dieu lui demandait, « qu’as-tu fait de ton frère ? Il répondit : « est-ce que je suis le gardien de mon frère ? ». Une créature qui parle au créateur ainsi. Cette arrogance dans la vie des premiers hommes a poussé Dieu à faire venir le déluge. Dans sa colère, il a regretté d’avoir créé l’homme. Est-ce que nous avons fait attention ? Jusqu’à ce qu’il y ait les deux guerres mondiales ? On a créé l’organisation des nations unies (ONU) pour être unis. Malgré cela, on tue tous les jours. Ce qui est contraire aux enseignements de Dieu. Que peut-on faire à ce virus si l’homme prend plaisir à tuer son semblable, à détruire la nature ? C’est le moment de réfléchir. Voilà pourquoi, en cette semaine sainte, nous voulons demander à toute la Côte d’Ivoire d’avoir un moment de réflexion. Une à trois minutes pour que nous puissions demander pardon à Dieu, pour toutes nos fautes.  C’est pour cela que nous demandons aux Chrétiens célestes, de faire une rémission spéciale de péchés le vendredi 3 avril et le vendredi 10 avril 2020. Pour sincèrement demander pardon à Dieu. Nous demandons aux Chrétiens célestes, selon ce que le prophète Oshoffa a dit, de faire attention aux trois pays dont il a foulé le sol. Le Bénin, à où il est né et a fondé l’Eglise, Le Nigeria, le géant Nigeria, pour démontrer que l’église n’est pas une petite église, et enfin, la Côte d’Ivoire, notre beau pays, où il a lui-même envoyé l’Eglise. Ce qu’Oshoffa a mis au Bénin, les Béninois l’ont accepté. Ce qu’Oshoffa a mis au Nigeria, les Nigérians  l’ont accepté. Mais ce qu’Oshoffa a mis en Côte d’Ivoire, les Ivoiriens ne l’ont pas accepté. Ni du vivant du prophète, ni après sa mort. 35 ans après sa mort, nous vivons encore les mêmes choses. Nous leur demandons de faire une rémission spéciale de péchés dans notre église. L’église étant sous l’autorité du Saint Esprit, le péché contre le Saint Esprit n’est pas pardonnable. Le quota qu’on nous a donné, je veux parler de la plaisanterie, on nous pardonne parce qu’on ne sait pas ce qu’on fait, doit finir cette année 2020, selon la prophétie du prophète Oshoffa. Après cela, il y aura beaucoup de morts subites. Car le salaire du péché, c’est la mort. Nous voyons ce virus faire des ravages dans les grands pays. Pour le moment, nous ne le sentons pas. Mais le moment viendra où les gens vont tout perdre : des vies humaines, de l’argent, des biens matériels… Tout sera perdu. Ce temps arrive. On ne fait pas attention. Qui arrêtera ce virus ? On ne le voit pas. Il est invisible.  Nous avons toujours parlé du monde invisible. Il y a quelqu’un qui règne dans le monde invisible. C’est lui seul qui voit le virus qui fait des ravages. Ça vient vers nous. Au moment où nous parlons, ce mercredi 1er Avril 2020, nous n’avons qu’un seul mort en Côte d’Ivoire. Nous profitons pour présenter nos condoléances à la famille, souhaiter un prompt rétablissement aux malades, et rendre un hommage appuyé au corps médical. Alors, je demande aux chrétiens célestes, de respecter dans la discipline, dans l’union des cœurs, tout ce que notre pays, la Côte d’Ivoire, a travers ses autorités, nous exige.

Aux chrétiens célestes, souvenons-nous des grands frères, Dahouet Antoine, Zagadou Akéblé, Blonvia Joseph, Goly Kouassi. Il reste un doyen encore en vie, Hyacinthe Sarassoro, qui est avec nous. Ce sont ces doyens qui ont été témoins de la contestation et de l’entêtement des Ivoiriens vis-à-vis du prophète Oshoffa. Pour que le prophète change ses décisions. Parce qu’il a choisi Ediémou. Le prophète leur a répondu qu’on ne peut demander à la brebis de diriger le berger. A travers ce qui arrive, la mort qui rode, nous ne laisserons personne s’amuser avec notre église. Voilà pourquoi nous demandons aux Chrétiens célestes de prendre au sérieux la semaine sainte. Le jeûne du lever du soleil à son couchant, du lundi 6 avril au samedi 11 avril 2020 ; l’abstinence sur tous les plans, dans la journée et comme la nuit. Pas de rapports sexuels, car Dieu est Esprit. L’invisible n’a pas de sexe. Pensez à Jésus qui dort dans la barque. Le vent impétueux, l’orage, la tempête  ne le font pas trembler. Lorsque les apôtres tremblaient au moment où Jésus dormait, à son réveil, il leur a demandé : pourquoi tremblez-vous ?  Jésus a calmé l’orage et la tempête, il a calmé la mer. Les apôtres se sont demandé, quel est celui-là à qui la tempête et la mer obéissent ? Pourquoi n’allons-nous pas obéir maintenant à Dieu, le créateur ? Et pour nous les chrétiens, à son fils Jésus-Christ ? Aux Chrétiens célestes, nous disons, il t’a fait céleste, il veut que tu vives encore pour te repentir. Donc dans la semaine de jeûne, l’abstinence doit être stricte. En respectant dans la discipline ce que l’Etat demande. Je vous ai déjà informé sur ce que le prophète a dit : « la prière est l’ultime salut de l’humanité et l’arme du Chrétien et du croyant ». L’humanité a donc besoin de la prière contre ce virus. Depuis la Côte d’Ivoire, nous disons que l’humanité doit comprendre que ce virus a besoin de la science et de la prière. Tous les hommes de Dieu doivent se réveiller. Pas dans le désordre. Chaque religion doit choisir ses élus. Pour que nous puissions effectivement appeler Dieu. Mais pour le christianisme céleste, nous avons décidé que tous les chefs de régions, les devanciers et devancières, ceux qu’on a coopté pendant notre tournée, vous allez suivre à la lettre la prière révélée. Pour que  notre pays soit protégé. Puisque l’Afrique est le continent le moins touché, pourquoi n’allons-nous pas déjà nous mettre à genoux pour nous prosterner, pour implorer la miséricorde de Dieu ? Dans la semaine sainte, ne fermez aucune paroisse. Mais respectez le quota fixé par les autorités. Au plus 50. Je vous ai dit, tout le monde peut déchirer, mais pour coudre, il faut de vrais couturiers. Les meilleurs couturiers sont les vrais fidèles qui savent prier. Avec crainte et dévotion. Au niveau des chorales, prendre 1 à 3 qui chantent bien. Faire une sélection des Devanciers, des Mamans. On formera 50 vaillants guerriers comme dans les saintes écritures, dans les livres du deuxième Roi, Chapitre Premier : « demandons au feu de brûler les cinquante hommes qui sont venus l’appeler avec orgueil ». Le feu les a brulés ». Mais les cinquante autres qui ont demandé avec respect, Dieu a dit d’écouter ces cinquante. Le chiffre 50 de la Côte d’Ivoire est un chiffre béni. Comme Abraham, en Jeunesse, chapitre 18, où Dieu voulait détruire Sodome et Gomorrhe, Abraham a dit à Dieu : « tu ne le feras pas, car il y a des justes parmi eux ». Abraham a demandé : «  Dieu, s’il y a 50 justes, vas-tu les démolir tous ? » Dieu a répondu : « Non. S’il y en a 50, je pardonne ». Malheureusement, il n’y a pas eu 50 justes ; et Dieu a détruit Sodome et Gomorrhe. Pensez-vous qu’on ne peut pas avoir 50 justes dans nos églises ou mosquées pour appeler Dieu ?  Si. Choisissons donc ces 50 pour que nous allions prier intensément. Pour que nos paroisses ne soient pas fermées. Car, c’est écrit, la puissance du Saint Esprit ne peut descendre que dans le temple. Jésus a aussi dit qu’il bénit dans le saint temple. La Côte d’Ivoire, pays béni par Dieu, a voulu que le chef de l’Etat, en donnant ces mesures,  n’évoque pas la fermeture des temples, des églises, des mosquées. Qui doivent néanmoins respecter le chiffre 50. On doit mettre la révélation en pratique. Comme Esaïe le dit en son chapitre 26 V 20 : « va mon peuple. Cache-toi un peu. Pour que la colère de Dieu passe… » Pendant que nous sommes au temple, toi qui est confiné, reste dans ta chambre. Fais la prière que Jésus demande de faire, dans ta chambre.  Mathieu Chap 6 V6 : « Rentre dans ta chambre et prie ». Faites des prières à la maison. Nous, nous allons faire la prière au temple. Nous sommes les veilleurs de nuit, les sentinelles spirituelles. Les yeux humains ne voient plus. Ce sont les yeux spirituels qui voient maintenant. Nous demandons à tous de ne pas oublier que le virus est un virus méchant, qui tue. Il ne doit pas tuer les Ivoiriens. Il vaut mieux appeler l’aide de Dieu dès maintenant. La science cherche la solution. Elle doit continuer. Mais la « maison mère » de l’homme, c’est l’aide du tout-puissant. A travers cet appel, j’informe tous les Chrétiens célestes que le culte de minuit, au cimetière, est annulé. Le culte de Galilée, à 5 heures du matin, est aussi annulé.  Tout se passera dans le temple.  Dans la cour de Dieu. Et comme nous l’avons dit, vous qui restez à la maison, vous aurez les prières à faire. Nous qui sommes au temple, n’oublions pas le nombre 50 pour prier. La Côte d’Ivoire est corps, par l’autorité, le président de la République, et Esprit par les religions que nous sommes. Que le corps, l’Administration, et l’Esprit, les religieux, soient « un ». Pour que Dieu sauve la Côte d’Ivoire. Bonne fête de semaine sainte, et ne négligeons rien de ce que l’autorité a dit. Mais prions, prions, prions sans cesse. La prière est l’ultime salut de l’humanité. Nous terminons par Esaïe 66 V23. Durant cette année, jusqu’à la fin de l’année, tu dois aller à l’église tous les dimanches. A chaque nouvelle lune, tous les premiers jeudis du mois, il faut aller à l’église. Tu dois prendre un seau d’eau de mer. Mets du parfum. On te dira le psaume que tu dois lire. Tu prendras ton bain à la maison avec l’eau de mer. Tu feras cela une fois par mois, durant les 8 mois à venir. Le seul Dieu saura nous bénir dans l’obéissance et la discipline. Nous profitons pour remercier le préfet de Duékoué, le préfet de Touleupleu, les préfets de tous les endroits que nous avons visités. Nous remercions particulièrement l’ancien ministre des Cultes, le ministre Désiré Gonkonté qui nous a accueillis à Taï, lors de notre tournée dans les régions du Guémon et du Cavally. Au président de la République, nous voulons lui dire Merci et Courage. Qu’il continue de jouer son rôle de vrai capitaine. Si ailleurs d’autres ont pris le chiffre 20 ou 30, le nombre 50 qu’il a pris marche spirituellement avec la puissance de Dieu. Que Dieu mette sa main sur toutes les mesures qu’il a prises. Que Dieu protège la Côte d’Ivoire. N’oubliez pas Mathieu, chapitre 6 V 14-15 qui dit : « Si on se pardonne les uns, les autres, Dieu va nous pardonner ».  L’heure de nous pardonner, pour que le virus retourne aux enfers, retourne dans la mer a sonné.  Dieu veut l’amour. L’amour accepte tout, l’amour supporte tout, l’amour excuse tout. Mais dans cet amour, il y a la charité. Car la charité couvre une multitude de péchés. Durant ce temps de carême, faisons beaucoup de charité. Pour que nos péchés soient nettoyés, et que le virus n’arrive pas à tuer les enfants de la Côte d’Ivoire. A tous les chefs religieux, je vous embrasse à distance. Vous et moi, soyons « un » dans cette lutte. Dieu nous bénit.

Révérend Ediémou Blin Jacob, Pasteur National

Président de l’Eglise du Christianisme Céleste de Côte d’Ivoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

5 + 8 =

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com