Publi-Reportage/Ediémou Blin Jacob : « Pourquoi une tribune « La Voix des Oschoffistes » »

0 916

Nous voulons vous remercier de l’opportunité que vous nous donnez de porter la « Voix des Oschoffistes ». Au nom de tous les Oschiffistes du monde entier, et singulièrement, ceux de la Côte d’Ivoire, nous vous disons Merci. Pour l’occasion que vous nous donnez d’avoir un espace d’expression sur votre site. La Côte d’Ivoire est à un carrefour important. Un carrefour cosmopolite. Nous avons tout, et dans ce tout, c’est à nous de savoir la différence entre la vérité divine, celle de Dieu, la vérité des hommes, celle du mensonge, du diable, la vérité intellectuelle et la vérité mathématique. Nous avons voulu que la vérité divine dans notre église du christianisme céleste ne soit pas dite par quelqu’un d’autre. Nous demandons au Seigneur Jésus Christ, lui qui a pour nom vérité, de nous assister. Lui qui a bien voulu faire de nous chrétien céleste, chargé de paroisse, consacré pour son sacerdoce. Pas de la main de quelqu’un d’autre, mais de la main de son prophète qui m’a donné toutes les onctions avant son rappel à Dieu le 10 septembre 1985. Il disait que nous avons le devoir dans notre pays, la Côte d’Ivoire, où toutes les voix se sont élevées dans toutes les formes de vérité que nous venons de citer, nous pouvons être le porte-flambeau de la vérité d’Oschoffa et la voix des Oschoffistes. Deux fois par mois, au moins, nous allons laisser quelques paroles de la vie du christianisme céleste d’Oschoffa. Pour aujourd’hui, nous voulons saluer tous les chrétiens célestes, et les fidèles de toutes les autres religions, les lecteurs qui vont visiter le site, que nous sommes Ediémou Blin Jacob, l’enfant de Grand-Bassam, sur tous les plans : sportif, religieux, musical, danse, tradition. Après nos études primaires à l’école catholique Saint Joseph de Grand Bassam, nous avons suivi notre oncle à l’école Bouaké ville Nord, classe de CM2. De Bouaké ville Nord, nous sommes retournés à Abidjan au collège du Plateau. Et c’est de ce collège que nous sommes allés au Lycée classique d’Abidjan. Et après le Lycée classique d’Abidjan, nous sommes allés vite vite dans la profession. Agent de Ptt, puis contrôleur de Ptt. Et en 1974, la bonté du président Maurice Séri Gnoléba, alors ministre de de Commerce et d’Industrie, a voulu faire de nous son attaché de cabinet. Ayant rencontré l’église du christianisme céleste à Lomé, en 1975, j’ai adhéré à l’église, après que Oké Albert, de la paroisse mère Trinité m’a fait voir Papa Oschoffa à Porto-Novo, le 5 octobre 1975. Nous avons reçu l’onction de ses mains, le 25 décembre 1975. Lui-même est parti en exil au Nigeria le 16 Janvier 1976. Et voilà que le 8 Aout 1976, il fait de nous, chargé de paroisse, la première paroisse de l’église du christianisme céleste de Côte d’Ivoire bâtie en « dur ». C’est là que commence ma causerie pour dire que dans la paroisse Trinité, paroisse mère, qui avait pour chargé, l’actuel vénérable supérieur évangéliste Missehoun Francis, pour Vendigital le senior évangéliste Philippe Sylvanielo, Eh bien, cette paroisse, notre paroisse,  c’est de là que nous sommes parti en janvier 1976 et que le prophète nous a donné les moyens de construire une paroisse  où nous sommes, la paroisse Saint Raphael. Cette paroisse a été ouverte le dimanche 8 aout 1976. L’information de taille pour tous les chrétiens célestes, c’est que lundi 9 Aout 1976, la paroisse de Trinité a été démolie pour toujours.  Aucun autre chrétien céleste ne peut dire qu’il avait pour chargé Misséhoun. Une partie des chrétiens célestes est partie à « Bon Berger » où était le vénérable Adaminaku. Sylvanielo est aussi parti là-bas. Une partie est venue à Vridi plage, en face de Saint Raphael. Vridi plage qui a été ouverte par nos frères béninois Souvi Jean, Chedo et Michel et non par Noumou Joachin. Ce sont ces trois béninois qui ont ouvert la paroisse de Vridi Plage. La paroisse dans laquelle ils priaient a été engloutie par la mer. La paroisse de Vridi plage que nous voyons maintenant a été bâtie par une jeune ghanéenne que Dieu a guéri. Elle a construit cette paroisse pour rendre gloire à Dieu. C’est pour dire que la paroisse Saint Raphael où nous sommes n’est pas la paroisse d’Ediémou. C’est une paroisse révélée. Dieu a voulu que sa venue soit accompagnée d’effets miraculeux. Pour montrer que Dieu a effectivement ouvert la paroisse pour la gloire de son nom dans notre pays. L’histoire commence donc par là. Le malheur que nous avons eu, c’est que l’église est située de telle sorte que l’autel soit du coté Sud. Il est écrit que dans l’église du christianisme céleste, l’autel doit être du coté Est. Alors que pour notre paroisse, l’autel est du côté Sud. Mais c’est le prophète Oschoffa qui l’a autorisé. Il était au courant. C’est lui qui a dit qu’il y a la possibilité d’ouvrir une paroisse côté Sud. Parce qu’au Bénin même, a dit le prophète, la plus grande paroisse de Cotonou, à Kpakpa centre, est orienté côté Sud. Et puisque c’est Oschoffa lui-même qui a envoyé l’église en Côte d’Ivoire, alors j’étais dans de bonnes mains. Voici donc le commencement de l’église du christianisme céleste. Le 8 Aout 1976, où il y a eu la première paroisse que Jésus a construite en « dur ». Avec un Chargé ivoirien, Assistant leader, qui a été établi par le prophète fondateur, Samuel Biléou Joseph Oschoffa. Depuis le Nigeria, où il était, à Mankoko, il a envoyé deux personnes du Bénin, le leader Abiassi, présentement Assistant évangéliste, avec l’onction d’Oschoffa. Papa Oschoffa est mort, il y a 33 ans, et Abiassi n’a jamais voulu prendre une onction.  Il est Oschoffiste, au sens plein du mot. Et notre doyen, Antoine Adeshean. En ce moment, Vénérable senior leader. Il a rendu l’âme cette année. Il était pasteur. Donc c’est de la main du prophète Oschoffa que la paroisse Saint Raphaël est sortie de terre. Et tout ce que nous pouvons dire, c’est que le prophète Oschoffa a reçu de Dieu l’ordre de culte en Français, en Gun et en Yorouba. C’est révélé.  Ça n’a pas été traduit. Nous avons reçu cela bien écrit des mains de Papa Abiassi, le Secrétaire particulier d’Oschoffa. Papa Oschoffa a signé. Et  c’est le mode d’emploi que nous avons regardé. Et c’est par là que le prophète a regardé pour me donner mes onctions. Car depuis notre arrivée dans l’église du christianisme céleste, depuis que nous avons été Chargé de paroisse, aucun Ivoirien ne nous a dépassé  en Grade. L’ordre de l’église, c’est le plus gradé qui bénit, c’est le plus gradé qui est le chef. Je n’ai pas usurpé un grade. C’est le prophète pasteur, Samuel Biléou Joseph Oschoffa qui m’a donné mes grades. Et quand il mourait, j’étais au grade de Supérieur évangéliste dans le comité mondial. En Côte d’Ivoire, j’étais senior évangéliste. Il n’y avait pas deux seniors évangélistes. Je m’appelais Senior évangéliste de Côte d’Ivoire. Tous les autres étaient Evangélistes. Papa Simpon, le Doyen Zagadou, le doyen Dahouet, le grand frère Amichia, le grand-frère De Campos. Voici ceux qui étaient Evangélistes.  Ces Evangélistes que je viens de citer, aucun n’était Senior évangéliste. Il y avait un petit qui était senior évangéliste, c’est Ediémou Blin Jacob. C’est cela qui a choqué les Grands, et qu’à la mort du prophète, la persécution s’est abattue sur moi. Mais les persécutions sont en quelque sorte des bénédictions. On ne peut pas aimer la rose et ne pas aimer ses épines. Celui qui aime la rose doit aimer les épines de la rose. Papa Oschoffa nous dit quand on est béni, on doit savoir qu’il  y a aussi les persécutions. Il nous a appris d’accepter tout. Jusqu’à maintenant, nous avons mis en pratique la leçon, « mieux vaut avoir la paix qu’avoir raison », toujours la paix, « si tu me piétine, je dois te demander pardon, si moi aussi je te piétine, tu dois me demander pardon ». Mais personne ne me demande pardon quand je piétine. La porte de Saint Raphael est ouverte à tous les chrétiens célestes. L’Aîné a sa place. Le chef à sa place. Ce n’est pas le galon qui fait l’homme. C’est l’homme qui fait son galon. « La voix des Oschoffistes », je pense notamment à papa Agbaossi au Bénin, à papa Bada au Nigeria, sera donc un rendez-vous pour mieux connaitre l’église, pour mieux connaitre les enseignements du prophète Oschoffa.

 

Propos recueillis par Yeshua Amashua

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

onze − huit =

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com