Politique nationale : Stéphane Kipré et l’UNG prennent une importante décision

0 275

Camarades Membres de la Direction de l’UNG notamment :

Les Vice-Présidents , Le Secrétaire Général, Les Secrétaires Généraux Adjoints Les Secrétaires Nationaux

► Camarades Responsables des Structures Spécialisées de l’UNG et leurs bureaux respectifs notamment :

Les Jeunes, Les femmes Et les structures socioprofessionnelles

► Camarades délègues départementaux et des représentations extérieures de l’UNG

Je voudrais en mon nom personnel et au nom de ma famille, – puisque vous êtes chez moi à Daloa – vous souhaiter la traditionnelle bienvenue. C’est avec beaucoup d’émotions que je prends la parole ce jour à l’occasion du 14ème anniversaire de notre parti. Je suis d’autant plus ému que pendant 10 années, nous n’avons pas pu partager ce genre de moment du fait de mon exil.  C’est donc avec une joie immense que je vous retrouve. Il y a parmi vous des délégués départementaux que je n’avais plus revu depuis 2010. Les voir aujourd’hui est un double signal. C’est d’abord la preuve que notre parti peut compter sur des camarades convaincus de la cause que nous défendons et qui, en dépit des difficultés que nous avons traversées, sont restés dignes et fidèles à notre idéal de départ. Mais c’est aussi le signe que nous avons pris de l’âge, que notre parti a grandi et muri et

qu’il nous faut désormais nous montrer digne de l’espérance placée en nous.

Camarades Membres de la Direction de l’UNG

Un anniversaire est aussi et surtout l’occasion d’un bilan. Un regard rétrospectif sur notre marche commune. Un bilan objectif et sérieux pour tirer les leçons du passé afin de mieux envisager l’avenir.

Quel est donc le premier bilan que nous pouvons faire ?

Fondé en 2007, notre parti n’avait que trois d’existence lorsque j’ai dû quitter la Côte d’Ivoire pour me retrouver en exil dans les conditions que nous connaissons tous. Des camarades qui occupaient des responsabilités importantes dans notre structure politique nous ont quittés, nous croyant perdus à jamais. Nous n’avions pas encore fini d’étendre nos ailes sur toute l’étendue du territoire national que nous avons été confrontés à ces difficultés monstres. Tout autre parti aurait disparu et les militants auraient abandonné compte tenu de l’absence du leader.

Maisvous, camarades responsables de l’Union des Nouvelles Générations (UNG), êtes restés fidèles à notre parti. Vous avez donné la preuve que vous étiez des militants convaincus et déterminés, conscients de leurs responsabilités vis-à-vis du peuple de Côte d’Ivoire.

Alors qu’on aurait pu s’attendre à ce que nos délégations départementales, com seulement, elles se sont maintenues et mieux, elles sont devenues plus nombreuses de sorte à atteindre 67 délégations départementales et des centaines de sections aujourd’hui. Oui, nous aurions pu faire plus, mais qui aurait fait mieux que nous dans les conditions que nous connaissons tous ?

Combien de partis peuvent se targuer d’avoir organisétrois(3) conventions nationales malgré l’absence prolongée au pays du leader du parti ?

En effet à Daloa en 2015, à Divo en 2016 et à Yamoussoukro en 2020, vous vous êtes retrouvés pour prendre des décisions importantes pour l’avenir de notre parti. Ces conventions témoignent de la vitalité et du dynamisme de notre formation politique mais aussi et surtout de la démocratie qui règne en interne puisque les décisions importantes sont prises de manière collégiale lors des conventions.

Comment ne pas se rappeler qu’en 2017, lors du 10ème anniversaire de l’Union des Nouvelles Générations(UNG), vous avez organisé des festivités nationales qui ont sillonné les dix provinces de notre pays y compris la diaspora avant l’apothéose à Abidjan ?

Oui, vous pouvez être fiers de vous ! Et moi, en ma qualité de président du parti, je suis fier de vous. Je suis fier de chaque responsable et de chaque militant de notre parti. Je suis fier de chaque femme et de chaque jeune ! Je suis fier de toutes les délégations départementales et communales. Je suis fier des délégations extérieures et de toutes les sections. Vous n’avez pas trahi votre munales et nos sections disparaissent, non engagement militant. Vous avez entretenu notre bébé commun et vous l’avez fait grandir. Désormais, il faut le préparer à relever de grands défis.

Oui, ensemble, nous avons de grands défis à relever ! La vision des membres fondateurs de notre parti a toujours été d’en faire un puissant outil de développement local au profit des populations. Malheureusement le contexte politique de notre pays ne nous a pas permis de confronter notre vision de la Côte d’Ivoire lors des élections locales. Le moment est venu pour nous de rétablir l’ordre normal des choses. Il est temps pour nous d’aller à la conquête des postes électifs de développement dans nos localités. Il est temps pour notre parti de présenter des candidatures aux municipales et aux régionales pour donner un aperçu de notre capacité à influer directement sur le développement de notre pays.

Par conséquent, il vous appartient chers délégués, dans vos zones respectives d’aller chercher toutes ces personnes qui se méfient de la politique politicienne mais qui souhaitent s’impliquer activement dans le développement de leurs localités respectives. C’est sur vous que je compte pour accomplir cette mission. Nous avons le devoir d’ouvrir nos bras à tous ces ivoiriens qui veulent être des acteurs de développement. Nous nous devons d’être le parti du développement. C’est ainsi que nous réussirons à nous démarquer positivement.  Nous avons les idées ! Il est temps de les soumettre directement à nos populations.

L’autre défi que nous devons relever ensemble, c’est celui de la structuration de notre parti. Nous nous devons de construire des organes forts et dynamiques. Notre machine politique s’agrandit chaque jour un peu plus. Il nous faut être capable d’accueillir et d’intégrer tous ceux qui frappent à la porte de l’Union des Nouvelles Générations.

Camarades Membres de la Direction de l’UNG

Le moment est aussi venu de faire le bilan de nos alliances. Depuis le CNRD jusqu’à EDS en passant par l’AFD et la CNC. Il nous faut sans concession tirer les leçons de nos alliances passées et actuelles. Je sais que ces sujets vous intéressent. Je sais que les avis divergent sur ces questions. Et c’est pourquoi, il faut qu’on se parle. Nous devons sans complaisance nous regarder en face et nous parler. C’est ainsi que nous avons toujours fonctionné et nous allons continuer ainsi. Nous nous battons pour une Côte d’Ivoire démocratique. Nous devons en interne préserver nos habitudes démocratiques.

Nous devons aussi tracer les sillons de nos défis pour les 10 prochaines années. Où voulons-nous aller ? Comment voulons-nous y aller ? Avec qui voulons-nous y aller ? Voici autant de questions qui méritent réflexion.

Camarades Membres de la Direction de l’UNG

Comme vous le voyez, il y a beaucoup de questions qui méritent un débat en interne. Ces questions sont vitales pour notre formation politique. années à venir. Ces questions sont tellement fondamentales que selon nos textes, ni le secrétariat général, ni la convention et encore moins le président du parti ne sont habilités à les trancher. C’est pourquoi, solennellement, en vertu des prérogatives qui me sont conférées par les statuts et règlements intérieurs de l’Union des Nouvelles Générations (UNG), je voudrais convoquer le 2ème congrès ordinaire de l’Union des Nouvelles Générations (UNG) qui se tiendra les 19, 20 et 21 novembre 2021 à la Fondation Felix Houphouët Boigny de Yamoussoukro sous un thème qui devra essentiellement tourner autour de nos perspectives pour les années à venir.

Les organes du congrès que je vais nommer à la fin de ce secrétariat général,  chacun en ce qui les concerne nous proposerons un thème et un déroulé plus précis.

Nous irons en congrès pour réfléchir mais aussi pour démontrer que nous sommes une force de mobilisation. Nous ambitionnons d’être une force de proposition et de mobilisation au service de la Côte d’ Ivoire. Le congrès nous offre l’occasion de le prouver.

Camarades Membres de la Direction de l’UNG

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, ces moments où nous retrouvons tous pour réfléchir et faire des propositions pour l’avenir de notre pays sont importants. Rappelez-vous que c’est en 2015 lors de la convention de Daloa que nous avons proposé le Dialogue Politique Inclusif(DPI) comme solution pour réconcilier les ivoiriens. Car ce sont les réponses qui détermineront notre march Vous pouvez être fiers car aujourd’hui, cette idée est acceptée par tous.

Le retour du président Gbagbo en Côte d’Ivoire et ses visites au président Bédié et au président Ouattara créent un climat apaisé dans notre pays. Nous devons encourager ces rapprochements au nom de la paix et de la réconciliation nationale. Nous devons encourager les présidents Bédié, Ouattara et Gbagbo à former un trio pour la paix en Côte d’Ivoire. Toutes les bonnes volontés doivent se greffer autour de ce trio pour construire et consolider cette paix si chère à nos populations.  Le dialogue que nous appelons de tous nos vœux doit être inclusif et s’ouvrir avec toutes les composantes de la société ivoirienne.

Puisque notre préoccupation première demeure de bâtir la Côte d’Ivoire des nouvelles générations, nous avons intérêt à ce qu’une paix durable s’installe. Notre intérêt se trouve dans la paix et c’est pourquoi comme j’aime à lerépéter, je voudrais inviter chacun de vous à être un acteur de paix et de développement.

Camarades Militants de l’Union des Nouvelles Générations,

Je voudrais conclure mon propos en vous rappelant qu’à chaque génération, ses défis à relever. Notre génération a la très lourde responsabilité de parfaire la réconciliation que viennent d’entamer avec brio nos devanciers et de préparer le bon combat pour le développement de notre nation dans la fraternité et la cohésion sociale retrouvée que nous lèguent désormais nos devanciers avec honneur et grandeur. Notre responsabilité est grande face à l’histoire et nous n’avons pas le droit de nous dérober. Nous devons y faire face avec courage et persévérance en continuant d’investir le terrain pour prêcher en permanence la cohésion sociale et la cohabitation pacifique malgré nos différences culturelles et ethniques, dans le respect des opinions d’autrui et dans la dignité. Mais sans compromissions avilissantes.

Vive la Côte d’Ivoire pour que vive l’Union des Nouvelles Générations.

C’est Dieu qui est Fort !

Je vous remercie.

Stéphane KIPRE

Président de l’UNG

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

15 − dix =

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com