Interview-Rififi à l’église céleste /Ediémou Blin Jacob (Chef des chrétiens célestes de Côte d’Ivoire) : « Voici ce que dit le chef mondial dans son courrier aux Ivoiriens »

0 674

La mini-crise qui secoue actuellement le diocèse de Côte d’Ivoire aurait fait réagir le chef mondial, le révérend pasteur Bennett Adéogun. Confirmez-vous cette information ? Et si oui, qu’a-t-il dit à la population céleste de Côte d’Ivoire ?

 

Nous avons pris l’habitude de dire qu’on ne doit plus s’amuser avec la Côte d’Ivoire. Il y a un esprit ici, qui est l’esprit de Dieu. Le révérend Adéogun, depuis qu’il a été intronisé comme pasteur mondial de l’église du christianisme céleste à Porto-Novo en 2010, au rappel à Dieu du chef mondial le révérend Agbaossi, n’a pas effectué de visite pastorale en Côte d’Ivoire. Ce n’est qu’au moment où il y avait la grande réunion Afrique-Union européenne à Abidjan, que nous avons décidé qu’il vienne pour prier pour le pays, pour la circonstance. Et grâce à Dieu, il a accepté. Nous voulons profiter de l’instant pour remercier certaines personnalités, dont  le vice-président de la République, Duncan Danielle, le ministre de la Fonction publique, Issa Coulibaly, le ministre Gouverneur, Beugré Mambé, qui ont démontré que la Côte d’Ivoire est dans la main de Dieu. Le ministre de la Fonction publique dont l’épouse Coulibaly Clémence a été mes côtés comme la cheffe d’orchestre pour que tout marche. Grace à ceux-là, notre révérend Adéogun, chef mondial est venu en Côte d’Ivoire. Du 24 au 29 novembre 2017. Pour participer à notre fête de moisson. Quand il est reparti, le diable s’est soulevé. Ayant vu que le diable, avec un esprit voilé, veut encore créer des problèmes dans l’église, le chef mondial a adressé une lettre à tous les chrétiens célestes de Côte d’Ivoire. Beaucoup ont fait croire que ce n’est pas le révérend Adéogun qui a écrit. Mais puisque Dieu est Dieu, notre église est sous l’autorité du Saint-Esprit. Le péché contre le Saint-Esprit n’est pas pardonnable, nous disent les écritures. Donc c’est le révérend Adéogun, chef mondial, qui est basé à Porto Novo (ndlr Bénin), au siège mondial de l’église, qui a adressé la lettre à tous les Ivoiriens. Il dit qu’il nous aime tous. Mais il est venu pour commander, pas pour faire ce qu’il veut. En résumé, il dit, c’est Oschoffa qui est le fondateur, c’est Oschoffa qui a envoyé l’église. Après Oschoffa, c’est le révérend Agbaossi. Après Agbaossi, c’est lui. Donc ce qu’Oschoffa lui-même a fait en Côte d’ Ivoire, qu’Agbaossi a approuvé, il ne peut pas le changer. Voilà pourquoi il voudrait que les Ivoiriens sachent que le chef de l’Eglise du christianisme de Côte d’Ivoire est le pasteur Ediémou Blin Jacob. Il veut que nous soyons unis autour de lui, avoir une forte église, unis pour que nos prières soient exaucées. Pour que nous ayons le Saint-Esprit. Pour que la bénédiction abonde sur chacun et sur chacune.

 

Maintenant que le chef mondial a tranché en votre faveur, allez-vous tendre la main à votre jeune frère Justin Acka pour travailler ensemble ?

Il a reçu la lettre. C’est moi qui demande toujours pardon. Moi aussi si je piétine Acka, il doit me demander pardon. Nous avons 73 ans révolus. Nous travaillons pour Dieu. Nous disons que l’heure est arrivée pour que chacun obéisse à ce qu’Oschoffa a dit. On m’a assez piétiné. C’est à eux de prendre la lettre du révérend Adéogun pour dire Grand frère « on vient travailler avec toi ». Pourquoi vous journalistes,  favorisez toujours l’indiscipline et le négatif. Oui, Dieu est pardon, mais il n’est pas bonasse. Dans la bible, quand ses frères l’ont chassé, ce sont ses mêmes frères qui sont revenus vers Joseph et Joseph leur a pardonné. La parole de Dieu doit s’accomplir. Depuis 1978 que je me suis déchaussé, j’ai cherché toujours la paix. Ils m’ont toujours piétiné depuis que le prophète est mort. On m’a déshabillé. Jamais je ne me suis plaint. Si avant lui, l’enquête m’a désigné chef du diocèse de Côte d’Ivoire, et que le chef mondial, le Révérend Adéogun dit aujourd’hui encore que c’est Ediémou, c’est à eux venir pour dire « on veut qu’on travaille ensemble ». Ils doivent prendre l’exemple du doyen Sarassoro qui est béni, dont les enfants sont bénis.

 

Ne pensez-vous pas qu’il appartient aussi aux journalistes de favoriser l’unité au sein de votre église ?

 

Les journalistes cherchent toujours un faux point pour que le désordre continue. Je demande aux journalistes d’avoir la bénédiction en arrêtant l’hémorragie. Car ils peuvent arrêter l’hémorragie. Il y a des journalistes en Côte d’Ivoire que je respecte. Quand Honorat De Yédagne a vu les Béninois faire le coup d’Etat, il l’a dit. Diégou Bailly aussi. Il y a des gens qui ont montré qu’ils sont des journalistes. Ben Soumahoro a dit à la télé que notre église n’est pas une secte. Nous aimons les journalistes. Il est bon que les journalistes  ne donnent pas dans le négatif. La Côte d’Ivoire a besoin des journalistes pour que nous vivions en paix. Sans vous, la prière ne peut pas être exaucée. Quand nous prions, vous devez dire la vérité avec nous, pour que la paix arrive.

 

Quel est succinctement le bilan de votre tournée dans les 3A, Adjamé, Abobo et Anyama ?

 

Il y a l’ivraie et la bonne graine. L’ivraie c’est le diable. La bonne graine, c’est le Christ. Notre église est bien organisée. Parce que j’entends certains dire que l’église n’est pas organisée.  Quelle association existe sans discipline ? Quel parti politique existe sans discipline ? Quelle armée existe sans discipline ? La Côte d’Ivoire a pour devise Union Discipline et Travail. L’église du christianisme céleste a pour devise la vérité et la discipline. Mais puisqu’elle n’a pas les moyens financiers colossaux comme les autres, alors ceux qui ont un peu de moyens, veulent imposer leur volonté. Gloire soit rendue à Dieu, cela n’a pas été possible jusqu’à maintenant, malgré l’orage et la tempête. Nous avons respecté les consignes du prophète, mieux vaut avoir la paix qu’avoir raison. Nous avons respecté les consignes du prophète, piétine moi, je te demanderai pardon. Dieu est amour et l’amour est au sein de l’église. On doit apprendre à vivre sur la terre comme on vit au ciel, si nous voulons aller un jour au ciel. De ce côté, Dieu nous a aidés. Malgré la tornade, Dieu a mis de l’ordre. Et l’ordre que Dieu a mis, c’est que l’église est reconnue par l’Etat de Côte d’Ivoire. Et l’Etat de Côte d’Ivoire reconnait celui que le prophète a choisi. Et celui-là le président Houphouët-Boigny l’a vu. Celui-là le président Bédié l’a vu. Celui-là le président Guéi l’a vu. Celui-là le président Gbagbo l’a vu. Et celui-là, l’actuel président, le président Alassane le connait. Celui-là, c’est Ediémou Blin Jacob. Par conséquent, si Dieu a fait ce travail, quelques-uns ne peuvent dire le contraire ? Nous savons que dans le monde entier, il y a ce désordre diabolique. Nous prêchons pour déjouer d’avance tout ce que Satan veut faire en Côte d’Ivoire. Nous devons être vigilants. Et dans cette vigilance,  nous voulions voir le chemin que le prophète a emprunté pour venir en Côte d’Ivoire, en passant par Ghana, Agnibilekro, Abengourou, Anyama, Abobo, Adjamé. Eh bien, nous avons fait le pèlerinage de Vridi où nous sommes, pour aller à Adjamé, Abobo, Anyama. Pour répondre à l’invitation des paroisses qui savent la vérité. Nous sommes allés rendre visite à notre chef de région, Most supérieur évangéliste Kola et son adjoint. Nous avons visité 13 paroisses du 26 au 29 avril 2018. Nous avons achevé à Abobo, dans la paroisse de David. Anyama, Ebimpé, partout l’accueil était sérieux. Nous leur avons fait savoir que le nom de l’église, c’est « piétine moi, je te demanderai pardon ». Si moi, je te piétine, tu dois me demander pardon, car sur la terre, il doit y avoir l’amour et l’amour pardonne tout ; l’amour excuse tout ; l’amour peut tout. Et c’est dans cet amour-là que le christianisme céleste doit fonctionner. Nous devons former une famille. Cette famille céleste doit faire en sorte que ce que nous avons reçu serve à notre pays. C’est pourquoi nous avons commencé par l’enseignement. Il faut connaitre son église pour mieux la pratiquer. Ce n’est pas une Ong. C’est une religion. Depuis le président Houphouët jusqu’aujourd’hui, nous avons démontré que nous ne sommes pas une secte, nous sommes une religion.  Qui doit démasquer les mauvais esprits. Si tu arrives avec un mauvais esprit, et que tu comptes sur ton argent pour t’imposer, ça ne va pas marcher.

 

Avez-vous un message pour les populations célestes de Daloa à qui vous allez rendre visite du 11 au 14 MAI ?

 

Nous allons dans le haut Sassandra. J’y étais déjà avec mon patron Séri Gnoleba. En tant qu’attaché de cabinet. Je n’étais pas encore chrétien céleste. Donc c’est le haut Sassandra qui m’a fait grand et je suis devenu chrétien céleste. C’est devant le haut Sassandra que je me suis déchaussé pour me consacrer à Jésus Christ. J’y vais juste après l’ascension. Avant que le saint esprit n’arrive, je vais pour dire merci au chef de région et à toutes les paroisses, à tous les chargés qui ont la grâce, parce qu’on n’aime pas Ediémou qui veut, il faut avoir la grâce de Dieu pour pouvoir nous inviter. Je voudrais remercier la famille Abraham Silué, pour tout l’effort fait avec les chargés. J’y vais avec le doyen Sarassoro, numéro 2 de l’église. Pour montrer que ce voyage est important. On parlera de l’église, du nouveau départ.

Réalisée par Yeshua Amashua    

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

cinq × trois =

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com