Côte d’Ivoire : Pascal Affi Nguessan (ex-Premier ministre) : « Pourquoi le président Gbagbo ne m’a pas encore reçu

0 992

Le premier des Premiers ministres de l’ère Laurent Gbagbo n’a pas encore mis les pieds à La Haye, où son ex-mentor est incarcéré depuis 2011, pour de présumés crimes contre l’humanité. Alors que les leaders politiques ivoiriens défilent depuis lors au centre pénitentiaire de Scheveningen où l’ex-président ivoirien est tenu captif, Pascal Affi Nguessan manque à l’appel. De quoi à alimenter les railleries de ses opposants internes au Fpi, parti fondé par Laurent Gbagbo. Lequel est confronté depuis 2013-2014 à un schisme, l’autre tendance étant dirigé par l’un des pionniers du parti, Abou Drahamane Sangaré. Pour une fois encore, Pascal Affi Nguessan a été poussé par les journalistes à se prononcer sur la question, lors de la conférence de presse relative à sa fête de la liberté, le 12 mai prochain, à Yopougon, dans la capitale économique.  « Ce que vous devez savoir, c’est que les différents éléments des visites qui sont faites devraient pouvoir vous indiquer qu’aujourd’hui la question des visites au Président Laurent Gbagbo est une question politique. C’est-à-dire que les visites ont été politisées. Quand on est dans les relations politiques, il ne faut pas s’étonner qu’une visite s’inscrive dans une vision politique, dans une stratégie politique » a-t-il soutenu d’entrée. Et d’interroger son auditoire en ces termes : « Est-ce que Gbagbo vous a dit que me recevoir aujourd’hui, c’est ce qui va faire avancer sa stratégie politique ? »

Pour le conférencier, la stratégie politique de Laurent Gbagbo est de recevoir ceux qu’il reçoit aujourd’hui. « Parce que moi et eux, nous sommes différents. Les gens ont fait en sorte que nous sommes devenus des cartes entre les mains de Gbagbo qu’il tire en fonction de sa stratégie politique du moment. Donc Gbagbo sait à quel moment tirer la carte Affi. C’est le moment qu’il attend. Parce que forcement il va me recevoir » s’est-il voulu optimiste. Avant de se lancer dans une explication fleuve. « Dans le déroulé des cérémonies, tout le monde ne parle pas au même moment. Il y a quelqu’un qui prend le micro pour souhaiter la bienvenue aux invités et ensuite il y a celui qui parle à la fin. Parce que quand il parle, c’est fini. Ceux qui sont pas reçus aujourd’hui, c’est pas parce qu’il y a un problème. En politique, il n’y a pas de problème, il y a plutôt des nécessités, on gère les nécessités. Ceux que Gbagbo reçoit, c’est parce que c’est nécessaire de les recevoir maintenant. C’est la nécessité politique qui fait que le président Gbagbo reçoit Koulibaly Mamadou, Bamba Moriféré, Banny, KKB et bien d’autres. C’est pourquoi certains ne peuvent pas comprendre parce qu’ils ne rentrent pas dans une logique. Ils aperçoivent cela par rapport à ce que ces gens ont été, ou ont fait, ou même dit à un certain moment sur le président Gbagbo. Mais en politique, ce n’est pas cela qui compte. Quel que soit ce qu’un tiers a fait ou dit, si tu as besoin de lui dans le cas d’une stratégie pour vous faire avancer, compte sur lui. Vous ne tenez pas compte de ce qu’il a dit » a justifié Pascal Affi Nguessan.

Nissi Anaëlle

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

cinq × quatre =

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com