Côte d’Ivoire- Contribution/ Bédié-Gbagbo : La voie de la sagesse face à la fuite en avant mortifère

0 687

Un artiste musicien ivoirien d’inspiration traditionnelle, renouant avec l’ancienne parabole du jugement de Salomon, disait ceci « … au lieu de se disputer la maternité d’un bébé au point d’en vouloir chacune un de ses morceaux, il est sage de privilégier la vie de ce pauvre nourrisson innocent ».

Ce qui s’est passé à Bruxelles ce 29 juillet 2019 entre les Présidents Laurent Gbagbo et Henri Konan Bédié illustre parfaitement cette sagesse ivoirienne. Le communiqué final qui a sanctionné cette rencontre au sommet met en avant ce qui est essentiel pour la Côte d’Ivoire actuelle, à savoir la réconciliation des Ivoiriens entre eux et avec tous ceux qui ont choisi de vivre dans ce pays. En soi, une réconciliation suppose la présence sur la terre ivoirienne de ceux qui sont partie à cet acte indispensable pour la conjuration définitive du chaos préparé et imposé aux Ivoiriens en 2010. Elle suppose aussi qu’ensemble les Ivoiriens et leurs leaders en déterminent, et le périmètre et le contenu. Ce sont là les conditions minimales de sa réussite. C’est précisément ce succès qui donnera la chance à quelque consultation électorale que ce soit. Se mentir à soi-même en arguant que l’ « on se fait peur » en affirmant, cela serait – pour poursuivre la comparaison – une façon de se moquer de la vie du bébé commun qu’est la Côte d’Ivoire. C’est une façon d’affirmer que l’on est prêt à se contenter d’un morceau de celui-ci. Mais ce faisant, le bébé ne sera déjà plus vivant. Les Ivoiriens y ont été contraints en 2010 et chacun sait le résultat : un pays divisé dans les cœurs et où la défiance des citoyens n’a été contenue que par la violence, les emprisonnements, les exils et autres violations des droits humains dans une indifférence tonitruante… Si organiser une élection suffisait pour faire la paix et le bonheur de la majorité d’un peuple, les Ivoiriens et ceux qui vivent dans ce pays avec eux seraient sans doute les premiers à le savoir.

Par ma voix, Les Amis de Laurent Gbagbo regroupés au sein de l’Association du même nom saluent cette rencontre et surtout le contenu du communiqué officiel qui en émane. Connaissant le Président Laurent Gbagbo qui a montré plus que de raison à quel point la paix et la dignité entre les Ivoiriens étaient largement au-dessus des souffrances et des humiliations de sa propre personne, nous savions qu’il serait encore au rendez-vous de sa philosophie du « asseyons-nous et discutons ». Il a toujours dit que la réconciliation était l’arme de ceux qui savent que la victoire dans une crise nationale ne vaut que si elle est partagée. Il l’a fait hier en sachant parfaitement que les dés étaient pipés. Il remet encore aujourd’hui le métier sur l’ouvrage à la seule différence que le pédagogue qu’il est, reste convaincu qu’un peuple s’éduque, y compris parfois dans l’expérience du pire.

Allons-y donc, Excellences, MM les Présidents, pour une réconciliation véritable et sans exclusion. Elle est à l’évidence la condition essentielle à une élection présidentielle apaisée dont le résultat sera accepté par tous, parce que les Ivoiriens s’y seront engagés en étant d’accord majoritairement sur les conditions de sa tenue. Seule la réconciliation voulue et partagée en sera le ferment. Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo viennent de donner l’exemple d’une « paix des braves ». Nous ne pouvons que saluer cet acte rendu possible par le dépassement de chacun d’eux. Ils ont pris des responsabilités que nous devons accompagner parce que la paix n’a pas de prix. Elle est belle quand, au lieu d’en parler sans rien faire, on l’édifie par la raison et le consensus.

Raphaël DAGBO

Président de l’Association des Amis de Laurent Gbagbo, Bruxelles le 29 Juillet 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

16 − dix =

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com