Cop15-Financement pour la lutte contre la sécheresse au Sahel/Dr Abdoulaye Mahamadou secrétaire exécutif du Cilss :« Ce n’est pas facile de faire les arbitrages budgétaire »

0 1 073

 

 

Le comité permanent inter États de lutte contre la sécheresse (Cilss) a été créé en 1973. Suite à la sécheresse survenue au Sahel entre la fin des années 60 et début des années 1970. Il y a 49 ans que cette structure sous régionale existe. Pourtant la sécheresse a la peau dure. Pour le secrétaire exécutif de cette institution, Dr Abdoulaye Mahamadou, il y a des facteurs qui, malgré des efforts, font ralentir la lutte. Il s’agit entre autres des statuts économiques de la plupart des États du Sahel. « Ce n’est pas facile de faire des arbitrages budgétaires entre plusieurs priorités dans les États. Vous savez que la plupart des pays du Sahel sont les plus faibles économiquement au monde », a-t-il relevé. Toutefois le secrétaire exécutif du Cilss a souligné des acquis réalisés par le Cilss sur le chemin de lutte contre la sécheresse. Il s’agit entre  autres du développement de l’agriculture, l’appui à la production pastorale, la promotion aquacole, la protection de l’environnement, le renforcement des systèmes d’information sur les marchés et le développement des infrastructures de bases .Le Cilss compte aujourd’hui 13 Etats membres dont 8 côtiers à savoir le Benin , la Côte d’Ivoire , la Gambie , la Guinée Bissau , la Mauritanie , le Sénégal , et le Togo . Puis 4 Etats enclavés (Burkina Faso, le Mali , le Niger, le Tchad et l’Etat insulaire (Cap Vert ). Notons que l’objectif du Cilss est la recherche de la sécurité alimentaire et la lutte contre la désertification et les effets de la sècheresse, pour un nouvel équilibre écologique au Sahel.

Renaud D

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

5 + six =

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com