TEMOIGNAGE – Une réfugiée sud-soudanaise aide les autres à surmonter un traumatisme

393

NEW YORK, USA, le 13 Juin 2022 -/African Media Agency (AMA)/- Rose Mary Tiep a fui la violence domestique et la guerre au Soudan du Sud il y a cinq ans. Aujourd’hui, dans un camp de réfugiés en Ouganda, elle aide les autres à surmonter un traumatisme, dans le cadre d’un programme d’appui soutenu par l’ONU.

Mme Tiep vit et travaille à Omugo II, une extension du camp de réfugiés de Rhino Camp, qui abrite 43.000 réfugiés du Soudan du Sud.

Après avoir reçu des conseils de l’initiative Spotlight, un partenariat entre l’ONU et l’Union européenne, elle est devenue assistante de soutien psychosocial bénévole auprès d’une ONG en Ouganda, aidant d’autres femmes et enfants à se sortir et à se remettre de situations violentes.

« Deux choses m’ont amené à fuir le Soudan du Sud : la guerre et mon mari violent. Je vivais à Yei, au Soudan du Sud, travaillant pour une organisation qui s’occupait des cas de violence contre les femmes.

La vie était belle, j’avais de l’argent et un logement. J’ai même pu acheter une voiture avec mes gains. Cependant, je sais maintenant que même si vous avez des ressources, si vous avez du stress dans votre esprit, vous pouvez devenir fou.Mon mari me battait. C’était un soldat et il menaçait de me tirer dessus.

Parfois, je dormais dans la brousse. Il sentait que les enfants me préféraient, et il se mettait en colère à cause de cela, mais les enfants connaissent l’amour et c’est pourquoi ils me préféraient. J’ai décidé de le quitter.

J’ai fui en août 2017 et suis arrivée en Ouganda quatre jours plus tard, après un voyage douloureux avec mes cinq enfants. J’étais incapable de transporter de la nourriture; parce que les enfants étaient si jeunes, je devais les porter. Nous avons marché en utilisant des routes secondaires parce qu’en marchant sur la route principale, on aurait été tué par les rebelles. Les rebelles voulaient me capturer comme épouse car ils savaient que j’avais de l’argent.

Une fois arrivés à la frontière, nous avons été accueillis par l’ONU qui a aidé à nous transférer dans le camp.

S’adapter à une nouvelle vie et à de nouveaux défis

Quand je suis arrivée à Omugu II, je voulais mourir. J’étais seule, je m’isolais et me plaignais. Au Soudan du Sud, j’allais bien.

En tant que réfugiés, nous sommes victimes de discrimination. Parfois, la communauté d’accueil revendiquera la terre comme la sienne. [Dans le camp, chaque foyer de réfugiés se voit attribuer une terre pour planter de la nourriture.] Même s’ils vous harcèlent, vous n’êtes pas autorisé à leur répondre, ou ils réagissent violemment. La communauté d’accueil est irritée que nous utilisions leur terre, mais ce n’est pas leur terre, c’est la terre de Dieu. La communauté d’accueil parle lugbara, nous ne pouvons donc pas communiquer.

Les séances de conseil psychosocial [avec TPO Ouganda, un partenaire d’ONU Femmes] m’ont beaucoup aidé. Je peux subvenir aux besoins de mes enfants maintenant. Grâce au soutien psychosocial que j’ai reçu, j’ai pu être une meilleure mère.

A la fin des séances de conseil, j’ai mobilisé des groupes de femmes et nous discutions. J’ai transféré les connaissances que j’ai acquises à la communauté – j’ai poursuivi le travail que j’avais laissé au Soudan du Sud. J’ai choisi de m’inscrire en tant qu’assistante psychosociale volontaire auprès de TPO Ouganda.

Avec la confiance que j’ai acquise, j’aide maintenant les familles victimes de violence et je fais des références aux partenaires, à la police et à la garde d’enfants, si le cas l’exige.

Etre reconnue au sein de la communauté

Nous apportons un soutien psychosocial aux enfants qui ont perdu leurs parents et j’ai appris à identifier les cas de violence sexiste. Je pose généralement des questions aux femmes, en utilisant ma propre expérience de vie comme exemple.

La formation de bénévole m’a changé et je suis maintenant reconnue dans la communauté. J’ai changé la vie des membres de la communauté qui ont subi des violences et j’ai été inscrite en tant que représentante des femmes dans la communauté d’Omugo. Je me sens en confiance et à l’aise dans mon travail.

J’aurais aimé que mes enfants puissent grandir ailleurs, et non dans un camp. Je veux m’assurer qu’ils apprennent, qu’ils aillent à l’école et qu’ils obtiennent un emploi. Un jour je serai vieille, je veux les préparer pour l’avenir ».

Distribué par  African Media Agency pour Onu Info.

The post TEMOIGNAGE – Une réfugiée sud-soudanaise aide les autres à surmonter un traumatisme appeared first on African Media Agency.

Les commentaires sont fermés.

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com