Réconciliation nationale /Dr Gervais Boga Sacko, président de la Fidhop : « Que la réconciliation soit une réalité pour la Côte d’Ivoire »

0 379

Dr Gervais Boga Sacko, président de la Fondation internationale des droits de l’homme et de l’observation de la vie politique (Fidhop), fils de la région du Lôh-Djiboua, partisan du président Laurent Gbagbo, a été célébré le dimanche 15  août 2021  par ses parents à la place Eldorado du quartier Légbréville de Divo .Le président de Fidhop a profité de l’occasion pour animer  un meeting en présence de la chefferie traditionnelle, des associations de femmes et de jeunes et de plusieurs cadres venus de l’occident (France, Suisse, Canada) pour la circonstance.  En envoyant des messages forts aux dirigeants de la Côte d’Ivoire et à la société civile. « On n’a pas deux pays. Ils ont le devoir de tout faire pour que la Côte d’Ivoire ne meure pas, que la Côte d’Ivoire ne se brise pas. Et que les enfants de Côte d’Ivoire continuent de rêver » a-t-il déclaré avant de s’élever contre l’immigration irrégulière. « Nous avons un pays riche, pourquoi nos enfants meurent dans la mer ? Je viens d’Italie. Je vois des ivoiriens mourir à Lampedusa ! Pourquoi ? Alors que le pays est riche, il y a un problème. Le message que j’envoie aux dirigeants, c’est laissez la politique, occupez-vous des problèmes des ivoiriens ! » a lancé le fils du Lôh-Djiboua. Non sans exhorter la jeunesse à un changement de mentalité. « Je demande à la jeunesse de se battre et non pas se battre pour les politiciens. Mais se battre soi-même pour réussir. Nous sommes des enfants de familles modestes, de parents pauvres et on a dû se battre à l’école, parce qu’il faut réussir dans la vie pour gagner sa vie. C’est ce que j’ai fait. Un enfant de Divo, précisément de Légbréville qui est enseignant à l’université, c’est déjà beaucoup !  Et je suis écrivain. Que les jeunes prennent exemple sur cela aussi »  a-t-il insisté, avant d’exhorter ses parents à inculquer des valeurs à leurs enfants. « Sachez mesurer les valeurs. La réussite d’un enfant ce n’est pas le nombre de millions dans les comptes en banque. Ce n’est pas l’argent qui compte. Parce que si vous vous mettez ça dans la tête, on va voler ça pour vous donner. Si vous vous mettez cela dans la tête, on va aller faire drogue pour vous donner. Encouragez vos enfants à réussir. Réussir ce n’est pas forcément à l’école. En Europe, on met l’enfant à l’école et puis on le laisse faire le sport qu’il veut. L’enfant peut être basketteur, handballeur etc. Dans tout, on peut réussir. Ne les laissez pas forcément à l’école ou forcément dans la politique ! Mais avoir des ambitions politiques est un droit.  Alors je revendique aussi mon droit… » a-t-il précisé avant de conclure.  « Je viens pour la réconciliation. Je voudrais que, ça soit une réalité pour la Côte d’Ivoire. Je dis à mes parents, battons-nous pour la réconciliation, pour que la Côte d’Ivoire de demain soit meilleure » a-t-il soutenu.

Renaud DJATCHI

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

onze − huit =

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com