Publi-Reportage-«La voix des Oschoffistes » (7)/Ediémou Blin Jacob (chef des Chrétiens célestes de Côte d’Ivoire) : « Ce que Oschoffa m’a dit lors de sa dernière et unique pâques avant sa mort »

0 811

Nous avons dit auparavant que l’année 2018 égale à l’année « R ». C’est pour cela que nous avons dit que nous prendrons des dispositions légales contre les paroisses qui ne seront pas à leur place à partir de fin octobre 2018 pour montrer que Dieu est un Dieu d’ordre, un Dieu  de révélations. L’homme est rebelle à sa naissance. Dieu veut que nous rentrions dans son cœur pour être docile pour trouver le chemin qu’il nous a laissé. Donc les décisions que nous prenons, depuis longtemps, Dieu les a déjà faites pour nous. Mais l’homme doit dire ce qu’il doit dire pour montrer qu’il est sur la voie de Dieu en laissant la complaisance qui engendre l’amitié, pour demeurer dans la rigueur qui engendre la haine et la bénédiction.  L’année 2018, c’est l’année « R ». « R », un recommencement nouveau. « R » renaissance obligatoire. Depuis que tu es entré dans l’église, si tu n’as pas encore compris l’église, c’est ta dernière grâce. Les nouveaux qui arrivent, on ne doit pas les laisser dans le mensonge. Il est temps pour que les nouveaux qui arrivent voient l’église dans sa véracité, car Jésus a dit  qu’il est la vérité, rien que la vérité. Voilà pourquoi dans la prière sacerdotale, il dit que lui-même Jésus, il se sanctifie. Afin que nous soyons sanctifiés. La sanctification, c’est la vérité. Parce que le mensonge c’est l’idolâtrie. Quand on ne fait pas ce que Dieu a dit, on est idolâtre. Dieu ne reçoit pas l’idolâtrie. Voilà pourquoi vous verrez en Esaïe 66, on dit « le vrai culte et le faux culte ». Ce que Dieu fait est vrai. Mais le diable photocopie ce que Dieu fait. Mais en photocopiant, la main gauche voit la main droite. Mais si tu ne fais attention, tu ne verras pas qu’on a photocopié. Nous voulons que chacun soit dans la vérité. Le réclamer ne veut pas dire que nous sommes fâché. La bible est là. C’est Moise qui disait aux enfants de Dieu que si pendant que je suis vivant, vous êtes rebelles, à ma mort, vous serez pires. Ce que le prophète Oschoffa a dit, c’est ce que nous disons. De son vivant, on n’a pas respecté l’église. S’il est mort, devons-nous rester à suivre ceux qui tendent la main dans le faux ? Non. On était ensemble, et ils sont partis. On tend la main à qui ? On tend la main à quelqu’un qui n’est pas avec toi. Si la personne qui avec toi part, c’est elle qui tend la main, pour que tu l’attrapes. Chaque mot doit être à sa place comme nous le disons pour les paroisses. La date du 29 septembre 1947 est une date révélée. Nous devons marcher avec la révélation et le temps, car Dieu est le temps. Le prophète Oschoffa m’a dit : « Mon fils, le jour de ma mort sera une grande désolation au milieu des chrétiens célestes. Le temps de la consolation arrivera pour le recommencement nouveau. En ce moment, sois vigilant pour ne pas que quelque chose t’échappe ». Le 10 septembre 1985, papa Oschoffa a rendu l’âme. Moment de désolation. Quand il parlait, il disait que ce moment arrivera à sa mort. A-t-il prévu ce moment ? Oui. Il a dit qu’en 1967, la mort l’a surpris. Et les anges lui ont dit si tu mourrais à cette date, les hommes vont changer ce que tu as reçu. Parce que tu n’as rien laissé de concret. Alors dit l’ange de Dieu : « On te donne 20 ans pour que tu puisses travailler pour mettre des structures de l’église à ceux qui vont venir. Eh bien gloire soit rendue au seigneur Jésus Christ ! Il nous a fait comprendre que 1967 à sa mort plus 20 ans égale 1987. Donc papa Oschoffa devait mourir en 1987. Mais il est mort en 1985. Et comme je parle avec le temps, en 1985, le prophète m’a dit « viens faire la paques avec moi au Nigeria». J’ai répondu pour dire « Papa, c’est moi qui suis le chef du diocèse de Côte d’Ivoire. La paques ne peut se faire qu’avec le chef du diocèse ? ». Il a répliqué pour dire : « laisse les Ivoiriens et viens faire la paques avec moi. Je te le répète, viens ». Alors j’ai fait appel à mon grand-frère Jonas Abiassi pour y aller ensemble. C’est un Oschoffiste qui n’a jamais accepté de prendre une autre onction à part celle d’Oschoffa. Si j’avais le discernement, j’aurais su que Jésus christ a fait une seule paques. Une seule et dernière paques. Il n’en a pas fait deux. Au moment où il me dit « viens faire la paques avec moi », la paques, article défini, si je n’étais pas fixé sur 1987, j’aurais su quelque chose allait se passer. En 1985, on est donc venu pour cette messe de la paques au Nigeria. 1985, c’est la désolation. Et la consolation c’est 33. De 1985 à 2018, il y a 33 ans. Donc la date de la consolation est arrivée. Donc le recommencement nouveau c’est en 2018. Celui qui ne va pas comprendre, alors, c’est grave. Voilà pourquoi nous disons que c’est un recommencement nouveau puisqu’il y a eu trop de mensonges. Va-t-on laisser le mensonge aux enfants qui arrivent pour que le diable règne ? Le père du mensonge c’est le diable. Le père de la vérité, c’est Dieu lui-même et son fils Jésus Christ. A cause de la vérité, nous sommes tenus de reprendre la voix des Oschoffistes. Nous serons donc dans le tempo et nous dirons ce que papa Oschoffa a dit de faire. Pour démontrer que depuis l’ouverture de la paroisse, le 8 Aout 1976, nous sommes restés ici, malgré le diable, les vents impétueux,  les détracteurs. Jésus Christ m’a permis d’être là. Le prophète nous disait « montre-moi un chargé qui a pu faire 10 à 15 ans dans une même paroisse, à part les chefs de diocèse ? » L’heure est venue pour dire aux uns et aux autres qu’on plus gratuitement des méchancetés sur Ediémou. Je ne suis pas venu de moi-même. J’ai un patron. Je suis un soldat de Dieu. 2018, c’est le nouveau départ de l’église, on doit rester dans la vérité. C’est en cela que le 8 Aout 1976, le prophète lui-même a envoyé des devanciers pour venir ouvrir la paroisse mère où nous sommes. Parmi ces devanciers, il reste l’assistant évangéliste Jonas Abiassi qui est à Kpakpa, lot 72. Il y avait aussi notre grand-frère Adeshean, il était vénérable senior leader, il était devenu pasteur, mais il a été rappelé à Dieu. Ce sont ceux-là que papa Oschoffa a choisis pour venir faire l’ouverture de la paroisse. Enfants du christianisme céleste, le 8 Aout 1976, papa Oschoffa était au Nigeria. Papa Oschoffa était au Nigeria quand la Vierge Marie lui est apparue en 1977. La Vierge Marie n’apparait qu’aux moments difficiles. Elle lui a dit : « je suis venue pour te soutenir, car tu pleures. Ne pleure pas Oschoffa. Dieu est avec toi ici même au Nigeria. Donne des grades aux Ivoiriens pour leur nouveau départ ». C’est à ce moment que l’assistant leader Ediémou Blin Jacob, a été oint assistant évangéliste. Depuis que l’église existe, dis-moi le grade qui dépasse le grade qu’Oschoffa a fait pour nous avant de mourir ? C’est unique en son genre. C’est pour cela que je fais tout pour respecter chaque paroisse. Mais l’heure est venue pour que tu tendes la main. Toi qu’on a vu grandir. Papa Oschoffa m’a élevé pour que je respecte papa Oschoffa, papa Bada, papa Agbaossi. Tous ceux qui étaient mes devanciers, aucun d’eux ne m’a blâmé. Bien au contraire. Papa Agbaossi est venu ici et a fait 11 jours. Nous sommes allés en tournée à l’intérieur du pays. Quel est le pays dans lequel papa Oschoffa a passé 11 jours ? Tout ce qu’on fait en Côte d’Ivoire est unique. Toi qui es mon frère, toi qui es ma sœur, comprends que le sacrifice n’est pas un sacrifice vain. Tu as fait un sacrifice à la gloire de Dieu. Donc le 8 Aout, 42e anniversaire, que tous les Ivoiriens, toutes les Ivoiriennes, en particulier les chrétiens célestes, qui ont pour chef Adéogun, à Porto Novo, qui ont pour lieu de pèlerinage une fois par an, en Noel, Sémé, à Porto Novo, soyons des enfants disciplinés, des enfants obéissants. Et suivons la voie que Jésus Christ nous a laissée. Soyons ensemble pour la fête. Et nous tous, Jésus va nous bénir en écoutant la voix de sa maman, la sainte Vierge Marie. La bonne nouvelle, c’est que notre supérieur Yao de Bouaké, celui-là même qui a vu le prophète Oschoffa, est revenu prendre sa place. Il est revenu pour qu’on soit un. Toi aussi, viens pour qu’on soit un. Il n’y a pas deux têtes. Venez, venons, pour qu’on soit ensemble, car par manque de connaissance, le peuple périt. Asseyons-nous, et écoutons. On ne discute pas. Dieu donne l’enseignement à un seul.

Propos recueillis par Yeshua Amashua  

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

1 × deux =

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com