Publi-Reportage-« La Voix des Oschoffistes » (6) /Ediémou Blin Jacob (Chef de l’église céleste) : « A partir de fin octobre, si une paroisse du christianisme céleste qui n’est pas à sa place, nous allons prendre les dispositions légales pour montrer que la Côte d’Ivoire est un pays organisé »

0 1 158

Nous voulons bénir Dieu. Le mois de Juillet est le mois de la Vierge Marie dans l’église du christianisme céleste. Le mois d’Aout est le mois de notre pays la Côte d’Ivoire et le mois de la Vierge Marie dans l’église catholique. Le mois de Septembre est le mois de l’archange Saint Michel, le mois où l’église est née. Ça veut dire que le troisième trimestre de chaque année est très dur, mais avec plein de bénédictions. C’est pourquoi la Vierge Marie dit que nous devons avoir le discernement pour faire ce qu’il faut pour être béni et nous éloigner des malédictions. Dieu est un dieu d’ordre et non de désordre. L’esprit de prophète étant soumis au prophète. La hiérarchie est respectée. C’est Honneur à l’église. Soumission au prophète et à ceux qu’il a établis. Dieu a fait le temporel et Dieu est l’intemporel. Il nous a montré que tout est un perpétuel recommencement. Tout est accompli. C’est à nous de savoir nous rappeler. Nous savons donc dans notre église que Juillet, Aout et Septembre de chaque année sont des mois difficiles. Le diable et ses anges agissent. Spirituellement, nous avons la Vierge Marie le mois de juillet, la Vierge Marie le mois d’Aout ; et l’archange Saint Michel, le mois de septembre. L’archange Saint Michel qui prend son épée pour protéger tous ceux qui sont avec Dieu. Pour que le mal ne triomphe pas. Quand on ne connait pas les sacrements, la pagaille arrive. Le prophète Oschoffa a dit : celui qui ne suit pas ce qu’il a fait, qui fait autre chose pour que l’église ait plusieurs têtes, celui-là aura la division dans son foyer, dans sa famille, dans son pays. Nous sommes avertis. Après mort du prophète, on m’a destitué sans que je ne me plaigne. C’est le président Houphouët-Boigny qui a dit que l’église du christianisme céleste, c’est l’église d’Ediémou. Quand il est arrivé qu’en 1981-1982, l’église du christianisme céleste était fermée au Bénin, considérée comme une secte, à cause du Diable, alors c’est une religion révélée, eh bien, ici en Côte d’Ivoire, le président Houphouët avait la pression. On lui a demandé de fermer l’église du christianisme céleste. Car c’est une secte.  Ediémou était enfant de chœur qui a servi les premiers curés à Grand-Bassam. Puisque je ne suis plus catholique, et que je suis chrétien céleste, pour eux donc, j’ai fait un faux pas.  Le président Houphouët a voulu qu’il y ait d’abord une confrontation. Une confrontation spirituelle, fraternelle, entre ceux qui lui ont demandé de fermer l’église et nous. Après cette confrontation, le président Houphouët a dit qu’il ne fermera aucune église, même l’église d’Ediémou.  Il a vu que c’est une église, une religion vraie. Ce n’est pas du paganisme. Ce n’est pas une secte. Dieu a voulu que le président de la République qui a le pouvoir temporel ne puisse pas fermer l’église. Donc l’église du christianisme céleste de Côte d’Ivoire, avec Ediémou, a été entérinée devant Dieu par mon pays. Comme on le dit, le Pdci-Rda a été fondée par les planteurs, avec comme chef Houphouët-Boigny, il est arrivé à notre temps, que l’église du christianisme céleste a été appelée par le président Houphouët-Boigny « église d’Ediémou ». Nous craignons le président Houphouët-Boigny parce que sa vision était spirituelle. C’est à ce moment que le prophète Oschoffa a dit : « ne travaille plus, viens apprendre l’église ». En ma qualité de contrôleur de Ptt, merci à Dieu, félicitations au président Maurice Séri Gnoleba qui a bien voulu faire de moi attaché de cabinet dans son ministère. Qui ne sait pas que Séri Gnoléba était trésorier général payeur de Côte d’Ivoire, au temps du Président Houphouët-Boigny ? Alors Oschoffa me fait aller apprendre l’église. Et quand je reviens, je dois renforcer ma place. C’est ce moment que je revendique maintenant. Je ne laisserai plus personne s’amuser avec l’église. Sauf si la mort me prend. Tant que je vivrai, je me battrai de toutes mes forces. Jésus m’a fait sacrifier ma jeunesse devant tout le monde. Ce n’est pas maintenant que d’autres vont venir « saccager » l’église. A la suite de tout ce qui s’est passé cette année, le révérend Adéogun, a envoyé une lettre pastorale, Numéro 070 du 27 avril 2018, pour dire à tous les fidèles de l’église du christianisme céleste Diocèse de Côte d’Ivoire, de travailler en amour, en nous supportant les uns les autres, autour du chef légal de l’église du christianisme céleste Diocèse de Côte d’Ivoire dont je cite un extrait : « je vous exhorte à respecter les mémoires du prophète fondateur Samuel Biléou Joseph Oschoffa, et de Papa Agboassi, (celui que le fondateur a laissé à Porto-Novo, avant d’aller en exil le 16 janvier 1976). En ce qui concerne le chef du diocèse de Côte d’Ivoire, ce qu’Oschoffa a fait, Agboassi a fait, qui demeure, de mon point de vue, le représentant légal constitutionnel, du Saint Siège, de l’église céleste dans le monde entier, pour la Côte d’Ivoire, il s’agit bel et bien du pasteur Blin Ediémou Jacob ».   Le pasteur mondial cette année nous exhorte, par cette lettre, à travailler dans l’union. Nous savons tous que le prophète Oschoffa, avant de mourir, dans sa lettre du 20 novembre 1984, il est mort le 10 septembre 1985, a écrit à tous les enfants de l’église céleste de Côte d’Ivoire : « chaque fois que je donne l’onction à un haut gradé spirituel, Assistant évangélique ou Evangélique, il se croit être le fondateur et fait ce qu’il veut. C’est pourquoi, je suis au regret de vous dire que l’église du christianisme céleste de Côte d’Ivoire n’est pas l’église telle que Dieu m’a donnée ». Nous constatons donc que quelques-uns n’ayant pas écouté la lettre du prophète Oschoffa en ce temps là, ils ont tout fait pour diviser l’église. Et pourtant, le prophète a dit lui-même « si l’église est divisée, notre pays sera divisé ». Le pays a été divisé pour rien. Nous les chrétiens célestes, nous savons, pourquoi il y a eu la guerre en Côte d’Ivoire. Par la grâce de Dieu, en ce moment là, le forum national des confessions religieuses dont j’assure la présidence, qui, avec la société civile, les Ong, le Gherdes, avec Honoré Guié,  la Lidho, avec Martin Bléou, l’Aidd, le Midh, etc., on a formé le collectif de la société civile pour la paix. Au moment où les fusils crépitaient, nous sommes allés à Bouaké et Korhogo. Nous sommes allés dire aux forces nouvelles, aux Com’zones, que cette guerre n’est pas une guerre  de religion, ni une guerre civile. C’est une guerre politico-militaire. Nous avons fait des tournées en Côte d’Ivoire. Et l’appel a été entendu. Merci à Honoré Guié, Merci au Bishop Boni, merci à l’Imam Koudous. Le cardinal Agré était avec nous. Merci à l’église catholique. Merci à son éminence Kutwa. Par nos prières, la guerre a cessé. Ce que le prophète Oschoffa m’a laissé, Papa nouveau, avant de mourir m’a dit ce que je dois faire. Après que Papa Oschoffa et le pasteur Adéogun aient demandé qu’on vive dans l’union, il y a encore des fidèles qui sont en train de faire des Régions spéciales, pour faire un club d’alliance. Estimant que l’église n’est pas organisée. Si le révérend Adéogun a écrit, qu’il dit qu’Oschoffa a dit qu’on a un seul fondateur, qu’ils n’ont pas compris le sens de la lettre,  c’est que ceux qui le font sont dans la rébellion. Nous avons encore peur pour le pays. C’est pourquoi je crie maintenant : « Cessez ! L’église est bien organisée ». C’est le prophète Oschoffa qui m’a établi. Celui qu’on établit, on ne le touche pas jusqu’à sa mort. On n’est venu me chercher pour l’union. Aujourd’hui encore, on parle d’alliance. Je remercie Dieu que papa Simpon soit là. Je remercie Dieu que le doyen Sarassoro soit là. Ils sont à mes cotés. Zagadou, avant de mourir, est venu se réconcilier. Papa Oschoffa nous a dit de vivre en amour. Le nom de l’église, c’est « piétine-moi, je te demanderai pardon ». Autant de fois, vous m’avez piétiné, je vous ai demandé pardon. A quel moment je vous ai piétiné, vous m’avez demandé pardon. C’est pourquoi, j’appelle, j’interpelle tous, singulièrement Acka Kouamé Justin, nous ne devons pas laisser le faux aux enfants. A cause de la Lettre du révérend Adéogun, venez qu’on soit un. L’église du christianisme céleste, c’est à Porto-Novo et nulle part ailleurs. N’égarons pas les enfants.  Vu la lettre d’Adéogun, vu la lettre d’Oschoffa, à partir de maintenant, tout ce que l’Alliance est en train de faire ne concerne pas l’église du christianisme céleste Diocèse de Côte d’Ivoire. Tout acte qu’Acka Justin pose ne concerne pas l’église du Christianisme céleste de Côte d’Ivoire. Il doit aller chercher lui-même son autorisation de fonctionnement. Il doit laisser l’autorisation de fonctionnement de l’église du Christianisme céleste de Côte d’Ivoire qui est bien au nom d’Ediémou. Les chargés de paroisses et les paroisses qui sont dans l’alliance, nous leur disons, ce que vous faites, ne concerne pas l’église du christianisme céleste Diocèse de Côte d’Ivoire. L’église du christianisme céleste Diocèse de Côte d’Ivoire, ne reconnait pas, je n’ai pas dit ne reconnais plus, mais ne reconnait pas, la devancière Gbamé Aimée comme présidente des femmes.  Nous voulons remercier tous ceux qui ont écouté Papa Oschoffa, le révérend Adéogun pour qu’on soit ensemble. Je les félicite.  Que Dieu les bénisse ! Ceux qui sont encore à l’Alliance peuvent revenir. La bible dit : «  béni soit celui qui vient au nom du seigneur ». Soyez bénis vous toutes et tous qui voulez venir. Les doyens vous attendent les bras ouverts. Ediémou, votre serviteur, vous attend les bras ouverts.   Pour la prière sacerdotale que le christ a faite avant de mourir, il disait : « Père sanctifie tes enfants par ta vérité. Car ta parole est la vérité… ». Va vers le seigneur. Jésus a dit qu’on doit être un. Papa Oschoffa a dit qu’on doit être un. Papa Adéogun a dit qu’on doit être unis. Goli Kouassi voulait me payer 2 millions de Fcfa par mois. J’ai pris le chèque et je l’ai déchiré. Je lui ai dit que c’est Jésus qui me paie. Si Dieu t’a donné une grâce, tu n’es pas supérieur à Dieu. Si Ediémou t’a oint, tu ne peux pas être supérieur à l’onction que je t’ai donnée et à moi qui t’ai donné l’onction. Je n’aurai jamais de griefs contre vous. Parce que je suis dans le bon sens de la bénédiction. Mais, nous allons nous repentir pour trois mois. Juillet, Aout et Septembre. A partir de fin octobre, une paroisse du christianisme céleste qui n’est pas à sa place,  nous allons prendre les dispositions légales pour montrer que la Côte d’Ivoire est un pays organisé. Le Président Houphouët a fait enquête pour dire que l’église du christianisme céleste, c’est l’église d’Ediémou ; le président Gbagbo a fait enquête pour dire que c’est l’église d’Ediémou. Le président Ouattara dit que c’est Ediémou. Pourquoi on me fatigue ? Que chacun aille prendre son récépissé et qu’on me laisse tranquille. L’heure de l’identification est arrivée. Que ceux qui sont avec nous se déterminent. Je suis obligé de mener cette ultime bataille pour mon fils Samuel. Je ne veux qu’il garde de son père l’image d’un faiblard. L’église est une et indivisible. C’est une église d’amour. L’amour supporte tout, l’amour peut tout.

Propos recueillis par Yeshua Amashua      

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

1 × 3 =

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com