Promotion de la danse en Côte d’Ivoire : Une biennale de danse s’ouvre à Abidjan

0 203

La  première édition de la Biennale internationale de la danse en Côte d’Ivoire, initiée par l’association Danse ivoire diaspora (Did) » aura lieu du 27 Août au 12 septembre. L’information a été donnée lors d’une conférence de presse par le commissaire général, Nestor Yahile vendredi avec ses collègues Joël Bosson et Abdoulaye Konaté à l’institut Goethe d’Abidjan.  « Quelle est la place de la danse dans le développement de société ivoirienne »? C’est le thème de cette  première édition de la Biennale internationale de la danse . Composée de chorégraphes ivoiriens de renommée mondiale, ce festival dénommé « Gbonhi 2021 » aura lieu du 27 août au 12 septembre 2021 sur  5 sites dont l’Institut Goethe, l’Institut Français, Cnac Café-théâtre, la Fabrique culturelle et le Centre culturel d’Abobo. L’information a été donnée par le commissaire général, Nestor Yahi,  lors de la conférence de presse qu’il a co-animé le vendredi avec ses collègues Joël Bosson et Abdoulaye Konaté. C’était le vendredi 13 août 2021 à l’Institut Goethe, sis à Cocody. A cette occasion, Nestor Yahi a annoncé que cette biennale verra la participation de chorégraphes-formateurs internationaux tels que Tchékpo Dan Agbatou (Allemagne), Carl Flink (Usa), Michel Kouakou (Côte d’Ivoire/Usa), Kodro Ange Aoussou Côté d’Ivoire/Allemagne), Hyppolite Bohouo (Côte d’Ivoire/Belgique), Serge Aimé Coulibaly (Burkina Faso/Belgique). Et que des attestations seront remises à l’issue de la formation. Qui permettra d’augmenter la crédibilité des acteurs locaux et de tourner à travers le monde, avec confiance. Après un suivi de deux ans. A l’en croire, au menu de l’édition 2021, 23 spectacles, des journées d’études, des stages de formation, des résidences de créations tutorees, et du coaching. « Cet événement vise à organiser la profession au plan local et donner une visibilité au plan extérieur. La biennale est ce rendez-vous qui permet aux internationaux de venir voir le travail qui se fait ici. Nous voulons regrouper tous les danseurs et associer l’ensemble à une stratégie pour s’imposer et tourner à travers la Côte d’Ivoire pour engranger des ressources. Si nous réussissons à prendre sérieusement notre danse en main, le politique suivra » a-t-il déclaré optimiste, en présence de plusieurs responsables de fédérations et de groupes de danses.

 

RD

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

quatorze − dix =

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com