Horizontal custom

Polémique autour de la nationalité des 46 soldats détenus au Mali : La mise au point du Porte-Parole du Gouvernement

0 1 712

Le ministre de la Communication et de l’Economie numérique, porte-parole du Gouvernement, Amadou Coulibaly a tenu à faire la lumière sur les informations faisant état de ce que des étrangers feraient partie des 46 soldats détenus au Mali. A l’issue du conseil des ministres tenu mercredi 12 octobre sous la présidence du chef de l’Etat, Alassane Ouattara, Amadou Coulibaly a soutenu, face à la presse qu’il « n’y a aucun étranger parmi les soldats ivoiriens » détenus au Mali, mettant ainsi fin à la polémique qui enfle ces derniers jours sur la nationalité réelle des 46 soldats ivoiriens aux mains de la junte militaire malienne, depuis le 10 juillet 2022.

Horizontal custom

« J’ai entendu effectivement cette information sur certains médias. Vous savez, quand vous êtes structurés pour être sérieux, vous ne faites pas toujours le discernement entre les informations sérieuses et les causeries de grain de thé. Ces militaires ivoiriens sont bel et bien Ivoiriens. D’ailleurs, il y a un journal qui publié la liste de tous ces 46 soldats. Il n’y a donc aucun étranger parmi nos soldats », a clarifié Amadou Coulibaly, lors du compte rendu du Conseil des Ministres.

Il a affirmé que « nul ne peut appartenir à la Fonction publique d’un pays s’il n’est national de ce pays ». « La Côte d’Ivoire n’échappe pas à cette règle. Pour être membre de la Fonction publique ivoirienne, il faut d’abord être Ivoirien. Les militaires sont des agents de l’Etat, ce sont des fonctionnaires. Ce n’est pas dans l’Armée de Côte d’Ivoire que l’on pourrait avoir des non nationaux, leur corps étant encore plus particulier », a-t-il argumenté.

Le porte-parole du Gouvernement a expliqué ensuite qu’en « dehors des pays qui disposent de légions étrangères où la loi de leur pays leur permet d’avoir des gens d’autres nationalités, dans tous les pays du monde, pour appartenir à l’Armée, il faut être national de ce pays. La Côte d’Ivoire ne peut pas faire exception ».

Alors que, Abidjan et l’ONU soutiennent que lesdits soldats devraient participer à la sécurité du contingent allemand des casques bleus au Mali, la junte malienne soutient mordicus que ces militaires ivoiriens sont des « mercenaires » déployés par la Côte d’Ivoire dans une mission de déstabilisation du Mali.

 

T.N

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

14 + 13 =

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com