Horizontal custom

Malgré les turbulences politiques : Simone Gbagbo garde le cap du défi politique

0 644

Simone Ehivet Gbagbo a reçu le mercredi 14 juillet en sa résidence, la Fondation Ivoirienne pour l’Observation et la surveillance des Droits de l’Homme et de la vie Politique (FIDHOP), avec à sa tête son président Boga Sako rentré d’exil le vendredi 09 juillet 2021. Au cours de cette audience, l’ex-première dame est revenue sur l’accident qu’elle a eu en compagnie de Laurent Gbagbo en 1996. Pour elle son expérience personnelle devrait servir de viatique aux plus jeunes pour s’armer de courage. Extrait de son discours à l’endroit de ses hôtes que nous avons retranscrit à partir d’une vidéo disponible sur sa page facebook :

Horizontal custom

« Je suis contente de vous voir. Quelques fois lorsque quelqu’un marche on pense qu’il est courageux c’est pourquoi il marche de telle ou telle manière. J’ai fait un grave accident de route en 1996, j’étais avec le président Gbagbo, on revenait de Gagnoa. On avait dépassé Divo, avant d’arriver à Tiassalé, on a fait un grave accident. On a fait une sortie de route. Je me suis retrouvé avec le coup de lapin c’est-à-dire les vertèbres broyés, la moelle épinière touchée. J’aurais pu mourir. Mais Dieu avait décidé que j’avais surement encore des choses à faire. Peut-être je devais passer au bunker (rire du public). Il a décidé que je ne devais pas finir. Il fallait que je vive l’expérience du bunker. On a fait cet accident ; j’en suis sortie vivante, c’était vraiment un miracle. Ma vie est une succession de miracles extraordinaires. C’était un miracle. Un jour je vous raconterai ça, vous allez voir que c’était un vrai miracle. Je suis hospitalisée, opérée par le professeur Bah Zézé, paix à son âme. Et là j’ai vécu un mois où j’ai pu comprendre ce que  l’enfant qui commence à marcher vit comme expérience dans sa chair. J’étais devenue grabataire puisque j’étais tétraplégique. Quand mes nerfs ont commencé à reprendre j’ai commencé à bouger les doigts, puisque rien ne bougeait sur mon corps. La seule chose qui bougeait c’était ma bouche (rire de l’assemblée, ça par contre ça continuait de bouger. Je me suis rendue compte que tout mon corps était parcouru de fourmillements. Ça fourmillait dans mon corps et il fallait que je bouge. C’est comme ça que mon corps a commencé à revivre, à bouger. Je ne sais pas comment décrire ce fourmillement, mais il est irrépressible. Donc vous devez bouger, bouger les doigts parce qu’il faut attraper la cuillère pour l’amener vers la bouche. Il fallait que je bouge. Il fallait que la gorge bouge puisqu’il fallait que je mastique et que j’avale. Sinon c’était des pipettes. C’est ainsi que j’ai mangé pendant tout ce temps. Et fallait que les pieds bougent,. Parce qu’il fallait se lever et s’asseoir. Il fallait marcher. C’est là que j’ai compris pourquoi les enfants à quatre pattes bougent beaucoup. Parce que l’enfant doit le faire, car son corps l’oblige à faire ça. J’ai donné cet exemple pour vous ramener à cette idée  qu’elle est courageuse, c’est une femme qui a du cœur, on ne sait pas d’où elle détient ce courage. Frères le courage ça bouge dans mon corps. C’est incontrôlé. Ce n’est pas que j’ai plus de mérite que les autres, c’est comme ça que Dieu m’a faite.  Il y a des choses si tu ne te lèves pas si tu ne cours pas si tu ne te lèves pas c’est là que tu vas mourir. C’est peut-être la trouille de mourir qui fait que je bouge beaucoup (rire de l’assistance), qu’on devient courageux. Ce courage que Dieu met en nous doit servir à vous mettre en mouvement vous qui êtes les plus jeunes. Ceux qui veulent se refugier dans des planques doivent se dire on va avoir honte, la vieille là est devant et c’est nous qui nous cachons  ça doit être un stimulant. Ça doit booster. Le défi est encore là. On est très loin de la vision qu’on a et qui n’est pas encore réalisée. Il faut qu’on y aille tous. Moi je compte sur vous. J’espère pouvoir compter sur vous jusqu’au bout. Et même que vous veniez nous dépasser.  Que Dieu vous bénisse. Que Dieu bénisse notre nation, qu’il bénisse votre retour et votre intégration dans la société ».

 

Tché Bi Tché

tbt552@yahoo.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

9 + dix-sept =

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com