Lutte contre la corruption en Côte d’Ivoire : 43 gendarmes et policiers devant le tribunal militaire

0 742

 

Dans le cadre de sa politique de lutte contre la corruption, en Côte d’ivoire, le ministre de la Promotion de la Bonne gouvernance, du Renforcement des capacités et la lutte contre la corruption a co- animé vendredi 17 septembre 2021  à Abidjan une conférence de presse avec le Commissaire du gouvernement, le Contre-amiral, Ange Kessy Bernard, Le ministre Zorro Epiphane Ballo au cours de cette rencontre  a indiqué que la communication sur les actes de corruption s’avère nécessaire, notamment, pour soulager le quotidien des Ivoiriens en freinant les formes de corruption les plus pernicieuses, dissuader la poursuite d’actes de corruption et améliorer la perception des usagers sur les efforts entrepris par le gouvernement.  Sur cette lancée, Ange Kessy Bernard entend intensifier la lutte contre la corruption et les rackets. Il a pour ce faire annoncer 43 dossiers des membres des forces de l’ordre, en l’occurrence des policiers et gendarmes qui seront jugés par le tribunal militaire pour racket lors de la prochaine rentrée judiciaire à Abidjan. Le commissaire du gouvernement a par ailleurs témoigné du grand nombre de  plaintes d’arnaques sur les concours publics déposées au tribunal militaire d’Abidjan, depuis deux ans.

«Cette infraction, depuis deux ans, est la plus émergente au niveau du tribunal militaire de sorte que le racket commence à être banalisé », a déploré Contre-amiral Kessy. Au total, 2600 plaintes ont été enregistrées dans ses services depuis janvier 2021.   Ces plaintes concernent des personnes qui remettent de l’argent à des militaires, des gendarmes, des policiers pour être admis à un concours, trouver une place dans un concours, pour une place dans une entreprise ou certains pour avoir une promotion.  Face à ces situations, le commissaire du gouvernement dit privilégier les règlements à l’amiable pour l’heure.  « Souvent, nous réglons à l’amiable en  sommant ceux qui ont pris de l’argent de rembourser », a-t-il indiqué. Face à cette situation, le ministre Zoro  Epiphane Ballo entend mettre en place une plateforme de signalement ou de détection des formes de corruption, grâce aux lanceurs d’alerte et aux sachants. Un site internet couplé à un numéro vert sera mis à la disposition des usagers des services publics pour dénoncer tous les actes délictuels. Le ministre a ajouté qu’un séminaire de formation des lanceurs d’alertes est prévu dans le mois d’octobre.

Renaud D

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

3 + 8 =

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com