Le Procureur de la République fait déférer un père et son frère, suspectés de viol sur cinq enfants mineurs

0 151

 

Les sieurs Coffi Gbetondji Yao Martial Olivier et son frère Coffi Gbetondji Guy Roland suspectés de viol commis par ascendant sur cinq (05) enfants mineurs ont été déférés, mercredi, sur instruction du Procureur de la République, Richard Adou, devant le parquet, a-t-on appris de sources judiciaires.

 

Le  Procureur a requis une information judiciaire avec mandat de dépôt, pour des faits  d’administration d’une substance nuisible à la santé et viol commis par ascendant sur ses cinq (05) enfants mineurs et une personne ayant autorité sur les victimes.

 

 

L’interpellation  des suspects fait suite à une saisine de l’épouse de l’homme à la sous-direction de la lutte contre la traite des enfants et délinquance (SD-LTEDJ), pour des faits de d’administration d’une substance nuisible à la santé et viol commis par ascendant sur ses cinq (05) enfants mineurs, dont quatre (04) de sexe masculin et 01 de sexe féminin, âgés respectivement de 13, 11, 08, 05 et 03 ans.

 

Dans sa plainte, l’épouse dit avoir constaté que son propre époux se livrait régulièrement à des actes de pénétration sexuelle sur leurs enfants mineurs après avoir pris le soin de leur faire consommer de la drogue. Elle a ajouté que, son mari s’adonnait souvent à ces actes odieux avec la complicité de son frère.

 

Après des investigations, ces informations se sont avérées exactes avec le certificat médical établi par un médecin gynécologue, mettant en évidence des indices de violences sexuelles subies par ces enfants.

 

Les faits prévus sont punis par le code pénal ivoirien.

 

En Côte d’Ivoire, le  mariage forcé, le viol, l’excision, la pédocriminalité et le féminicide sont reconnus comme étant des formes de violences notamment enregistrées.

 

Le 30 août, une émission  de télévision  censée dénoncer le viol et mettant en scène un ancien violeur présumé reconstituant une scène d’abus sur un mannequin a soulevé l’indignation en Côte d’Ivoire. L’animateur a été condamné à 12 mois de prison avec sursis, suspendu par la télévision privée Nouvelle Chaine Ivoirienne  qui a diffusé en direct cette émission.

 

La Haute autorité de la communication audiovisuelle (Haca-Régulateur) a également suspendu l’animateur de toutes activités sur les chaînes de télévision et de radio nationales pour une durée de 30 jours.

 

 

TN

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

2 × 1 =

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com