Fête de moisson/ Ediémou Blin Jacob (Chef de l’église céleste de Côte d’Ivoire) : « Celui qui met Dieu haut, Dieu le met haut »

0 787

L’église Nouvelle Jérusalem de Grand-Bassam a abrité, le dimanche 18 février 2018, la 3e édition de la fête de moisson du diocèse de Côte d’Ivoire. En présence du chef dudit diocèse, le révérend pasteur Ediémou Blin Jacob. Arrivé sous le coup de 11 heures, il a été accueilli par plusieurs dignitaires de l’église, parmi lesquelles le chef de son cabinet, le vénérable supérieur évangéliste Siahou Vitalien.

Dans sa prédication autour du thème « être né nouveau », le pasteur a dit que la moisson fait partie des sept sacrements de l’église du christianisme céleste. «  Si tu mets Dieu en haut, Dieu te met en haut », a-t-il confié aux fidèles, venus nombreux pour la circonstance. Et de poursuivre : « Le message est qu’à l’heure actuelle, tout le monde est Dieu. Chacun essaie de montrer qu’il est puissant comme Dieu. Nous avons dit à nos fidèles que l’heure n’est plus à la plaisanterie. Tant pis pour celui qui n’a pas vu le prophète Oschoffa et qui continue de faire à sa manière. La rigueur doit commencer. Parce que hier le Christ disait : «  reste tranquille, je combats pour toi ».
Tu dois connaitre ton église, connaitre ton prophète et apprendre ton église. Dieu a fait alliance avec nous. Si tu es en alliance avec Dieu, tu mets en application ce que Dieu a laissé à Oschoffa pour être dans la bénédiction. Nous avons attiré l’attention sur le mensonge. On doit prendre l’église au sérieux pour ne pas que le malheur vienne sur le pays. Le président Houphouët nous a donné la paix comme notre seconde religion. La paix signifie que nous sommes nés de nouveau. On doit pouvoir être en un seul dieu, en une église, une et indivisible, dans un pays un et indivisible, sous l’autorité du Dieu unique. Tout le monde doit savoir qu’il y a un nouveau départ ». L’homme de Dieu a par ailleurs donné des instructions aux chargés de paroisses, relativement au recensement des lieux de culte opéré en ce moment par les autorités.  Pour sa part, l’hôte de la 3e édition,  le Vénérable suprême évangéliste, Gauvin Jean Raymond, chargé de la paroisse Nouvelle Jérusalem de Grand-Bassam, par ailleurs , chef de la région d’Abidjan sud 2, s’est dit satisfait de la bonne tenue de la fête.   « C’est un ouf de soulagement. Nous avons certes été choisis pour abriter cette 3e édition, mais un peu tardivement. Il a fallu batailler dur pour que nous puissions réussir cette fête. Grace à Dieu, et avec le concours des uns et des autres, nous avons pu réaliser ce que vous avez vu. Nous rendons gloire à Dieu pour ce qu’il a fait. Que son nom soit béni. La cerise sur le gâteau, c’est la présence physique du pasteur national, le révérend Ediémou. Depuis hier (ndlr samedi), il est resté avec ses enfants de 17 h à 18 h, avant de prendre congé de nous. Nous avons, dans la soirée, organisé un concert de chorales.

On s’est vraiment amusé. Aujourd’hui, c’est l’apothéose. Tous les fidèles, avec le pasteur, sont venus célébrer cette 3e  édition » s’est-il réjoui. Notons que de nombreuses chorales ont rivalisé de corde vocale pour égayer la cérémonie. La vente d’objets saints a mis fin à la cérémonie. Ainsi, par l’eau a enlevée à 75 000 Fcfa, le Sel à 105000 Fcfa, le miel à 500 000 Fcfa et la bougie à 550 000 Fcfa.

Yeshua Amashua

Envoyé spécial à Grand-Bassam

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

11 + 8 =

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com