Exécution des recommandations du dialogue politique : Le camp Gbagbo veut en savoir plus

0 1 818

Une délégation du parti de l’ex Président ivoirien, Laurent Gbagbo, le Parti des Peuples Africains-Côte d’Ivoire (PPA-CI) a échangé, mercredi avec le ministre ivoirien de l’intérieur et de la sécurité, le général Vagondo Diomandé, indique une note des services de la communication du camp Gbagbo.

 

 

Selon cette note, la délégation du PPA-CI a été conduite par le professeur Georges-Armand Ouégnin, vice-président du Conseil stratégique et politique dudit parti et les échanges ont porté essentiellement sur l’exécution des recommandations  du dialogue politique dont la 5e phase  a été pilotée par le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité.

 

« À notre demande, nous avons été reçus, mes camarades et moi, par M. le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité. Nous sommes venus au nom de notre parti, le PPA-CI et de son président, Son Excellence Monsieur Laurent Gbagbo. Comme vous le savez, le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité a piloté les discussions de la 5e phase du Dialogue politique. Il est donc normal que, 3 mois après la signature du rapport général, nous venions nous enquérir de la suite qui a été réservée, par le gouvernement de Côte d’Ivoire, aux différentes résolutions du Dialogue”, a déclaré le professeur Georges-Armand Ouégnin.

 

Il a précisé que les échanges se sont déroulés « cordialement avec le ministre » et que celui-ci

leur a « rassuré  que tout évolue très bien ».

 

« Nous lui avons même donné le nom de notre futur représentant à la Commission électorale indépendante (CEI, organe en charge des élections en Côte d’Ivoire) nom proposé par le président Laurent Gbagbo. Nous repartons satisfaits de cette audience et nous voulons remercier le ministre pour cette rencontre fraternelle et amicale », a fait savoir le professeur Armand OUEGNIN, non sans souligner que dans le cadre du Diaogue politique, « certaines résolutions majeures n’ont pas encore été mises en œuvre », faisant allusion notamment à la mise en place du cadre de suivi et la réforme de la CEI, alors que les élections locales sont prévues en 2023.

 

Notons qu’outre le parti de Laurent Gbagbo, ce sont plusieurs autres formations politiques qui s’interrogent depuis quelques mois sur la suite des recommandations du dialogue politique.

 

TN

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

20 − sept =

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com