Entretien/Dr Adoueni Katché Valery, Directeur de programme du PNLMMNT : « il y a du travail à faire dans la lutte contre les maladies métaboliques »

0 403

En marge de la célébration  de la journée mondiale du Cœur , tenue le mercredi 29  septembre 2021 à Grand Bassam , Les Sentinelles d’Abidjan (LSA) a rencontré Dr Adoueni Katché , Directeur  coordonnateur du Programme national de lutte contre les maladies métaboliques (PNLMM) . Interview.

Comment  expliquez-vous ce partenariat avec le groupe Nestlé ?

Ce partenariat est simple.  Vous savez qu’aujourd’hui c’est la journée mondiale du cœur et  l’hypertension artérielle est un facteur qui est très important dans la survenue des complications cardiaques. Donc ce partenariat se justifie par le fait que l’organisation mondiale de la santé a lancé un appel à l’industrie alimentaire afin qu’elle réduise la quantité de sel dans ce qu’elle propose, qu’à l’horizon 2030, on pourra réduire d’un tiers le nombre où alors l’incidence d’hypertension (entre autres, il y en a d’autres) .En fait il y avait d’autres objectifs à atteindre mais pour l’hypertension, on a demandé la réduction de 30% à l’horizon 2030.Donc pour cela, ils ont  demandé à l’industrie alimentaire de s’engager à réduire cette consommation de sel parce que de façon physiologique on sait qu’en réduisant notre consommation de sel, on va de surcroît atteindre la pression de la tension artérielle. Or qu’est-ce que Nestlé a fait ? Nestlé propose  à l’instar des industries des boissons ligth où on enlève le sucre et qu’on le remplace par un édulcorant qui donne  une sensation de goût sucré mais qui n’en est pas un. Nestlé a réduit significativement la quantité de sel dans ses tablettes. Et il y a un nouveau genre  de produit que Nestlé veut lancer. Pour nous, dans le cadre de ce partenariat, on souhaite un partenariat gagnant -gagnant. Ainsi  Nestlé aide à organiser ces activités et de façon concomitante, eux aussi essaient de faire la promotion de cette tablette qui implique un changement d’esprit ou de goût au niveau de la population. Les gens sont habitués à des tablettes qui ont un certain degré de sel mais  ce  sel  n’a pas le même goût. Donc c’est une façon de dire à la population de consommer moins de sel et c’est dans ce cadre que nous sommes en partenariat avec Nestlé

Quelle est la durée  de ce partenariat ?

C’est un partenariat d’un an  De sorte qu’à la fin de l’année, nous allons l’évaluer mais dans tous les  cas nous souhaitons que ce partenariat  dure parce que nous espérons  que cela continue de sorte qu’à l’instar de Nestlé d’autres entreprises cherchent à réduire la quantité du sel dans leurs produits .Car l’objectif, ce n’est pas vous et moi qui allons bénéficier mais nos enfants, en choisissant par habitude de consommer moins de  sel. Ainsi on aura moins d’incidence de  l’hypertension dans leur tranche d’âge.  Et c’est ce que nous  recherchons.

Pouvez nous faire l’état des lieux des maladies métaboliques en Côte d’Ivoire ?

 Pour la journée mondiale du cœur, je préfère parler plus des problèmes. Sinon si c’est les maladies métaboliques, je prends le Diabète, l’hypertension en terme  de prévalence cela permet d’avoir une idée globale .Si vous prenez la tranche d’âge de 1 à 79 ans qui est la tranche d’âge la  plus significative et si on se réfère à la dernière enquête qui a eu lieu au dernier trimestre de l’année 2017, c’est l’enquête qui a été conduite par la façon la plus professionnelle en respectant la rigueur épidémiologique. Le  taux de prévalence en termes de maladie métabolique du diabète est  de 6,2% et l’hypertension 39,92 %.Cela veut dire qu’il y a du travail à faire. Ce travail passe par la sensibilisation et c’est ce qu’on fait quand on voit des jeunes qui s’adonnent à l’exercice physique. Je le disais tantôt les résultats ne sont pas toujours immédiats. En mettant l’accent   sur la jeunesse, on a fait des conférences dans les établissements, les lycées et maintenant on va au sein de la population diagnostiquer, prendre la tension artérielle. Actuellement, nous menons un projet pilote qui a été déjà instauré dans un certain nombre de pays anglophones avec beaucoup de succès qu’on a commencé en Côte d’Ivoire dans 5 régions sanitaires.

Lesquelles ?

On a la Marahoué, le Haut Sassandra ,,le Bélier, le Poro et le Tchologo. Ce projet pilote a consisté à descendre jusqu’à la cage de santé avec les agents de santé communautaire dénommés ASC, à faire le diagnostic parce que beaucoup de personnes sont hypertendus sans le savoir.

 

Quelle est la région la plus touchée en Côte d’Ivoire ?

 Je ne pourrai pas aujourd’hui vous dire en toute sincérité qu’il y a une région mais on sait que le sud  est la région la plus touchée mais les actions se dirigent vers toute la population.

 

Est-ce que vous avez des conseils à donner en termes d’hygiène de vie ?

 

Absolument, il y a les  mesures hygièno diététiques. Je l’ai dit tantôt, il faut réduire la consommation de sel ; on estime qu’il faut consommer 5 g maximum de sel par jour.

A quoi cela correspond-il exactement ?

Ça correspond à une petite cuillère à café quand vous la rendez rase. Pour ceux qui ont des problèmes, par exemple la cuillère à café rase, on la divise en deux. Notre repas est sans sel et la moitié en midi et l’autre moitié le soir. Ça, c’est la consommation de sel mesure hygièno-diététique. Nous devons avoir au moins 3 à 5 séances d’exercice physique à durée de 30 mn minimum. Soit 150 mn d’exercices physiques par semaine .Il y a le stress. Il faut aussi  savoir gérer le stress qu’on vit au boulot, à la maison …

 

Quels sont les aliments à éviter ?

Pour le diabète par  exemple, on dit qu’il y a certaines sauces qu’il faut éviter. Notamment  les sauces graines, les sauces aubergines du fait qu’elles sont trop grasses .Mais ce qui est important surtout qu’on parle de régime alimentaire, il y a deux aspects : il y a l’aspect qualitatif. Ce dont vous parlez, il faut  éduquer les sucres rapides et tout. Mais il y a aussi l’aspect quantitatif et là c’est plus poussé, le diététicien selon votre poids va vous dire que vous allez consommer telle quantité d’aliments par jour. Parce que si vous pesez, je prends un mot 60 kg  pour 1,60m, la même personne qui  pèse 60 kg et qui aurait 1,80m  ces deux personnes n’ont pas les mêmes besoins en terme de calories. Il y a des calculs qu’on  fait et cela permet d’estimer la quantité de calories dont votre corps a besoin et cette quantité de calories se décline aussi en fonction de votre activité physique. Celui qui ne fait pas d’exercice physique n’aura pas les mêmes besoins que celui qui fait l’exercice physique.

Entretien réalisé par Renaud Djatchi

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

dix-neuf − un =

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com