Entretien avec Siméon Doua, conseiller du Pdg de la Polyclinique Farah : « Le soin est essentiel pour tout développement économique »

0 879

Le tourisme médical est méconnu du grand public. Exposant à la 41ème Journée mondiale du Tourisme le 27 septembre 2021 au Sofitel Abidjan Hôtel Ivoire, Siméon Doua, conseiller du Pdg de la Polyclinique Farah, dans cette interview, lève un coin du voile sur le tourisme sanitaire en Côte d’Ivoire.

 

Qu’est ce qui justifie votre présence à la journée mondiale du tourisme ?

Pour nous, hôpital privé, cela fait trente ans que la Côte d’Ivoire est la destination sanitaire régionale. J’ai développé un marché régional pour la Côte d’Ivoire. Quand j’étais à la Pisam. Tout le monde venait se faire soigner en Côte d’Ivoire. C’était le hub et puis on a chuté avec la crise. Mais la Côte d’Ivoire reprend un envol. La polyclinique Farah est arrivée. Nous avons beaucoup de sollicitations régionales. Mais un établissement privé de soins, c’est l’atout, avant toute installation économique dans un pays. Quand la Bad était en Tunisie, nous avions eu des réunions pour savoir si elle revient à Abidjan, on pouvait se faire soigner. Quand des grandes entreprises du monde veulent s’installer en Côte d’Ivoire, c’est la première démarche, est de voir s’il y a une capacité de prise en charge médicale dans le pays. C’est essentiel  Donc l’hôpital, le système logistique de soin est un atout pour tout développement économique et humaine. Aujourd’hui on parle d’évacuation sanitaire, on va vers les pôles les plus développés du monde. La Côte d’Ivoire était ce pôle et nous voulons le redevenir avec la stratégie ‘’Sublime Côte d’Ivoire’’. Donc nous faisons partie de ‘’Sublime Côte d’Ivoire.

Qu’est-ce que le tourisme médical ?

Et le tourisme médical, c’est l’évaluation sanitaire en nouveaux mots. Quand on parle de tourisme médical, on parle de qui ? On parle de Farah. Nous avons toutes les régions. Nous avons animé une grande conférence avec le Premier ministre du Mali et tous les opérateurs économiques de ce pays, Nous sommes en train d’aller au Burkina, au Niger etc. Nous avons sponsorisé cet évènement parce qu’il est le nôtre.

 

Quel votre regard sur cette 41ème édition de  la  Journée mondiale du tourisme ?

C’est une bonne journée. Elle est d’abord soft. Elle est classe, elle est de grande profondeur économique unique. Des discours qui ont été tenus. Le Premier ministre a tenu un discours visionnaire, Le discours du secrétaire général de l’Organisation mondiale du Tourisme (Omt) est un discours de confirmation de partenariat et de développement. Et on a parlé de Didier Drogba qui est camarade à moi. Vraiment, Tout cela c’est la Côte d’Ivoire nouvelle.  Que nous voulons voir évoluer.

 

Quel est l’enjeu de cette édition de la Journée mondiale du tourisme pour un vous ?

On dirait que c’est pour nous qu’on le fait. Puisque nous sommes la référence régionale. Nous sommes félicités par tous les pays de la sous- région, le Mali, le Burkina mais aussi le Tchad, le Cameroun, etc. Je connais tous ces pays. J’ai été directeur commercial de la Pisam pendant 32 ans. J’ai fait tous ces pays. J’ai coopté les gens. Nous allons les recoopter pour Farah.

Interview réalisée par Renaud Djatchi

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

onze + 9 =

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com