Horizontal custom

EDITO : UNJCI, l’heure du choix responsable

0 1 051

Les journalistes de Côte d’Ivoire vont renouveler les 25 et 26 novembre prochain, les instances dirigeantes de leur faitière, l’Union nationale des journalistes de Côte d’Ivoire (UNJCI).  Les candidatures ouvertes le 11 octobre ont fermé le 25 du même mois. Deux candidatures ont été enregistrées dont celle du sortant Jean Claude Coulibaly.  En face de lui l’ancien candidat malheureux en 2019, Lance Touré. Une chose est sûre, il va avoir un choix à faire entre le sortant et l’ancien candidat malheureux. C’est ce choix qui convoque ces lignes.  Les journalistes sont suffisamment responsables pour que quelqu’un d’autre leur dicte leur choix qui relève jalousement de leur libre arbitre. Ne dit-on pas que le choix est libre ? cependant, le choix, comme l’a dit l’autre est un jugement de goût et ce goût un jugement de valeurs. Lequel des candidats incarne au mieux ces valeurs.  Chaque partisan trouvera des valeurs à son champion.  C’est pourquoi notre démarche vise à   inviter nos amis à peser et à soupeser les intérêts de l’Union.  Les candidats qui aspirent à diriger l’Union possèdent certainement tous deux des   valeurs. Mais le fait est que celui dont le mandat vient de s’achever a montré des dispositions à conférer à notre Union une stature respectable. Certes rien n’indique que l’autre ne pourra pas mieux faire. Mieux l’ambition de chaque membre de l’Union est légitime. Malheureusement, certains contrôlent mal cette ambition. Si nous sommes quasi-unanimes à dire que l’essai de Jean Claude Coulibaly a été un succès, n’était-il pas sage de lui confier à nouveau les rênes de l’Union pour qu’il approfondisse ses chantiers ?  La réponse coulerait de source si nous n’étions pas sous les tropiques où le jeu électoral vire trop souvent à la haine rasoir. Malgré tout, le bilan est on ne plus costaud. Un bâtiment multi-services est sorti de terre à la Maison de la presse au Plateau. Signe d’une gestion rigoureuse des fonds étatiques mis à disposition. Là aussi, au lieu de tresser des lauriers aux nôtres qui sont de sérieux candidats à la saine gestion de la Côte d’Ivoire de demain, sous l’emprise de la haine recuite, on rue dans les brancards. Aujourd’hui, de nombreux journalistes sont formés dans la prestigieuse Université Félix Houphouët-Boigny grâce à une convention rondement négociée par le Conseil de Jean Claude Coulibaly.  D’autres conventions donnent aux agents des médias la possibilité de s’offrir des terrains et/ou des logements à coûts réduits.  Avec la fin de la COVID-19, de nombreux journalistes accèdent aux formations aussi bien en Côte d’Ivoire qu’à l’étranger.  Le concours des Ebony a gagné en notoriété aussi bien dans son organisation, devenu le week-end des Ebony, que la valeur des prix. Le super Ebony s’est adjugé une villa « 4 pièces » à l’édition dernière. Chose qui avait disparu des lots des gagnants.  Le retour des partenaires comme MTN est la preuve du sérieux que Jean-Claude Coulibaly a développé dans le management des affaires de l’Union. Sur le plan social, la liste de ses actes est longue. On dira que ce sont des écrits dithyrambiques du 3e vice-président de l’équipe de Jean-Claude Coulibaly. Peut-être. Mais Je ne reste pas moins un journaliste pour qui les faits sont sacrés.  Des faits vérifiables et vérifiés.    Tout compte fait, un choix responsable doit être fait. A chacun de comparaitre devant le tribunal de sa propre conscience, et de le faire en toute responsabilité.

Horizontal custom

 

Tché Bi Tché

tbt552@yahoo.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

un × trois =

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com