EDITO : Union du grand nord : ne pas perdre le nord

0 133

 

Gilbert Kafana Koné déploie en ce moment une énergie débordante pour porter sur les fonts baptismaux l’Union du Grand nord. Au même  moment la commune de Yopougon, au Sud, dont il est le maire fait face à des inondations, car ça et là  des caniveaux n’ont pas été curés, des travaux d’évacuation d’eaux de ruissellement n’ont pas été réalisés par la mairie. Alors question : le développement du Nord doit-il se faire au détriment du Sud ? Quel message le maire envoie-t-il aux populations de cet espace du Sud dont c’est l’environnement de tous les jours. Confier désormais la mairie aux ressortissants de cet espace. Réfléchir comme cela pourrait être interprété comme un dangereux réflexe tribaliste. N’est-ce pas le même réflexe qui guide Gilbert Kafana Koné ? On est tenté de répondre par l’affirmative.  Et à coup sûr, ce repli identitaire si l’on y prend garde risque de menacer la nation éburnéenne constituée d’un ensemble de peuples. Pour nous donc le dépositaire d’un pouvoir public devrait penser nation, notion plus englobante que l’abject régionalisme. D’autant plus que l’histoire du pays est encore fraîche. «  On ne veut pas que je sois candidat, car musulman et du Nord » s’était fendu un leader du septentrion du pays de cette déclaration. Résultat : des ressortissants du nord se sont sentis ostracisés. Ce qui enfanta une sanglante rébellion cornaquée par un certain Guillaume Soro. Le discours sur la stratification de notre société  n’a pas fait de bien à notre nation. A fortiori au développement du Nord, paravent malicieusement agité par Kafana & Co pour assouvir leur ADN porté sur la tribu. Le développement du nord a déjà servi de viatique pour asseoir une rébellion. Le nord en a pâti. Quel dessein se cache-t-il derrière cette autre initiative impopulaire décriée par une partie de la jeunesse et des cadres du nord. Pour tout dire par un mot, la sagesse africaine enseigne que les vivants ferment les yeux aux morts et les morts ouvrent les yeux aux vivants. Vivement que les concepts corrosifs inventés par les architectes de la division sortent du vocabulaire des Ivoiriens, qu’ils soient des quatre points cardinaux de notre nation. Toutes ces vies perdues devraient nous servir de leçon. Oui au développement du Nord. Non aux manipulateurs véreux des populations du Nord.

Tché Bi Tché

tbt552@yahoo.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

quatorze + 4 =

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com