EDITO : Gbagbo dans le tourbillon d’un dépit amoureux

0 590

Après 10 ans d’ennuis judiciaires à la cour pénale internationale (CPI) ceux qui ont voulu ranger Laurent Gbagbo dans   le placard de l’oubli réalisent sur le tard  que sa popularité reste intacte, voire s’est bonifiée. Il suffit de voir les foules racialement colorées qui ont battu le pavé dans les capitales européennes pour réclamer sa libération, alors détenu à la  CPI. A son retour en côte d’ivoire le 17 juin 2021, la jauge de sa popularité affichait maximum. En route pour Mama, son village natal jusqu’à sa destination c’est une forêt humaine qui lui a manifesté son amour en dépit de ce qui conviendra d’appeler « l’affaire du couple Gbagbo ». Une affaire qui a donné lieu à une transe collective. Tout le monde s’autorise à commenter une cuisine intérieure, une affaire strictement privée. Pour ce qui nous concerne, nous nous en tenons stricto sensu à  nos codes d’éthique et de déontologie qui nous interdisent d’évoquer la vie privée de tiers. Nous ne cherchons nullement à juger ceux qui jugent Laurent Gbagbo. Ils croient de bonne foi user de leur liberté d’expression. Mais alors la liberté d’expression ne rime-t-elle pas avec responsabilité ?  Les arguties qu’on entend sur Laurent Gbagbo repoussent parfois les limites de l’irrévérence. Toutefois elles sont à verser au chapitre d’un dépit amoureux. Aimer Laurent Gbagbo ne signifie aucunement le déifier. En tant que humain, Laurent Gbagbo a le droit de faillir. Pour ce faire, il doit s’appartenir, disposer de son libre arbitre. Faire des choix qui plaisent ou déplaisent à ceux qui l’aiment. La perfection absolue appartient à Dieu et à Dieu seul. Restons fidèles à la sainte bible. Matthieu 7:1 Ne jugez point, afin que vous ne soyez point jugés. Laurent Gbagbo a payé le prix fort pour son aspiration, à privilégier les intérêts du peuple. Tant qu’il n’aura pas dévié de cette trajectoire, il reste le symbole de la lutte émancipatrice du continent noir en général et de la cote d’ivoire en particulier. Les légendes, ceux qui marquent l’histoire ne sont pas une génération spontanée. Ne détruisons pas nos héros pour zéro.

 

 

Tché Bi Tché

tbt552@yahoo.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

9 − 7 =

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com