Horizontal custom

Ecoles doctorales en Côte d’Ivoire : Les fermes instructions du ministre Adama Diawara

0 295

A l’initiative de la Direction générale de la recherche et de l’innovation (Dgri), le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (MESRS), initie un atelier d’élaboration du processus de création, d’organisation et de fonctionnement des écoles doctorales en Côte d’Ivoire.

 

Horizontal custom

Les travaux qui ont débuté le lundi 20 décembre 2021 , à Assinie, prendront fin le  jeudi 23 décembre 2021 , avec la ferme conviction  pour la cinquantaine de participants issus de la communauté universitaire et des partenaires, d’avoir  reçu à poser  le diagnostic des  principales formations existantes en  Côte d’Ivoire  à travers une analyse SWOT ainsi qu’un  processus d’harmonisation dégagé, et d’avoir défini un cadre réglementaire relatif  à l’école doctorale et  l’adoption d’un processus de sa  création , de son organisation et de son fonctionnement.

Non sans occulter la définition d’un dispositif de suivi et évaluation de ce processus.

C’est pourquoi, à l’ouverture des travaux, le lundi 20 décembre , le ministre Adama Diawara, par ailleurs président de la cérémonie,   tout en affirmant  dans son discours d’orientation  que l’atelier a pour objectif général d’élaborer  le processus de création , d’organisation et de fonctionnement des écoles doctorales en Côte d’Ivoire, en se fondant sur les principes de la coordination, de la mutualisation, de la pertinence et de l’employabilité,  n’a pas manqué d’indiquer que le  maximum d’écoles doctorales acceptable  ne doit pas aller au-delà de huit (8).

Le ministre entend   ainsi mettre de l’ordre dans le secteur.

« Il ne peut avoir plus de 8 écoles doctorales en Côte d’Ivoire. Le maximum est 8 et pas au-delà », a martelé le prof.

Adama Diawara, ajoutant qu’il convient de réduire le nombre d’écoles doctorales pour « être en conformité avec le champ couvert par les domaines du Réseau pour l’Excellence de l’Enseignement supérieur en Afrique de l’Ouest (REESAO).   C’est pourquoi, j’ai demandé qu’il y ait au maximum 8 écoles doctorales ». « C’est une indication forte que je donne, parce que l’idée est de faire de la complémentarité, de la pertinence dans les sujets de thèse, la maitrise des flux entrants. Il y va de la qualité des enseignants qui sortiront de ces formations », a expliqué le ministre Adama Diawara  qui vise « une insertion professionnelle garantie au bout du tunnel ».  Car a-t-il dit, il faut sortir des problèmes auxquels son département ministériel fait face avec le phénomène « des docteurs non recrutés », l’objectif étant pour le Prof. Adama Diawara de « faire en sorte que tous ceux qui sortent des écoles doctorales puissent avoir un emploi ».

« Pour vos réflexions, vous devez tenir compte des indications que je vous donne », a insisté le Prof. Adama Diawara, à l’endroit des participants à l’atelier.

 

Pour finir, le ministre est revenu sur le test de recrutement des enseignants chercheurs et chercheurs qui sera lancé incessamment pour répondre aux attentes des « docteurs non recrutés.

 

Quant à Monsieur Herman Toualy, Coordonnateur du Bureau de Coordination Emploi du Projet d’appui au développement de l’enseignement supérieur en Côte d’Ivoire (Pades) (BCP- Emploi), il a assuré le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique de la « disponibilité » de la Banque mondiale à accompagner le processus qui a démarré fin 2019 jusqu’à son terme.

 

Notons qu’en Côte d’Ivoire, chaque institution, par décision de sa gouvernance, peut créer et organiser ses propres formations doctorales. Malheureusement, cette disposition se fait sans synergie et sans intégration des compétences et des initiatives en cours dans les différentes institutions, sans lien avec le secteur privé pour préparer des parcours professionnels et sans coordination avec l’ensemble du potentiel et des priorités nationales.

C’est dans cette perspective que le MESRS voudrait réaffirmer sa volonté d’harmoniser le processus de création et d’accréditation des écoles doctorales avec des ressources mutualisées pour garantir la qualité des formations doctorales et en partenariat avec le secteur privé pour assurer le parcours professionnel des post-doctorants.

 

L’école doctorale est la structure qui organise le doctorat et les formations suivies pendant le doctorat. Elle est en relation avec les laboratoires de recherche des universités, des écoles et des entreprises qui accueillent les doctorants, indique-t-on.

 

 

T.N

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

quinze − cinq =

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com