Dérive mégalomaniaque

0 919

Si on devrait trouver des raisons cachées à la détermination d’Alassane Ouattara de faire vaille que vaille un troisième mandat contre les prescriptions pertinentes de la  Constitution, on pourrait en trouver dans ses réflexes mégalomaniaques.  Il faut dire que  l’homme souffre déjà d’un ego surdimensionné qui se double aujourd’hui  de la mégalomanie.  Chose qui n’échappe pas à ses thuriféraires.  Qui abusent de la mission étatique pour assouvir la soif de leur mentor. Cissé Ibrahima Bacongo n’a-t-il pas ouvert les vannes en baptisant l’université de Bouaké l’université Alassane Ouattara ? Pour certainement avoir fermé les universités dès sa prise de pouvoir. Sinon, au vrai, on ne lui connait pas des actes majeurs en faveur de l’éducation nationale qui lui vaudraient un tel honneur. Premier ministre d’Houphouët, Alassane a instauré  le salaire à double vitesse(le fameux raccrochage) dans l’enseignement. Résultat : la démotivation a gagné ce secteur et enfoncé un système éducatif déjà grabataire. On aurait baptisé l’université de Bouaké « université Saliou Touré du nom  de l’ancien ministre de l’éducation nationale et ex-inamovible Directeur de l’IRMA (Institut de recherche mathématique) qui a formé l’élite de ce pays, on aurait pas eu à redire. Ce spécialiste de l’algèbre mérite amplement d’être honoré. Au lieu de cela c’est Ouattara qui n’a  rien fait pour l’éducation nationale qui continue de s’autocélébrer à travers l’inscription de son nom sur les édifices publics.  Le stade d’EPIMPE vient de tomber dans son escarcelle mégalomaniaque en portant son nom. Suivra selon nos informations le 4e pont.  Est-ce pour cela qu’il s’accroche piteusement au 3e mandat. Pour voir la réalisation de ce pont et y inscrire son nom ? La décence voudrait que ce soit les successeurs qui honorent les prédécesseurs. Mais là encore. L’apport dans le domaine doit faire l’unanimité. Mais avec ces légèretés on ne doit pas être surpris demain si l’on débaptise ces édifices. Malheureusement, cela peut être source de frictions. C’est pourquoi, on demande au régime Ouattara de faire les choses dans les règles de l’art. Hélas ce régime semble en conflit permanent avec les lois et les règles.

Tché bi Tché

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

cinq × un =

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com