Déculottée face à la Guinée équatoriale : Le jour où la Côte d’ivoire a renoncé à sa CAN

0 297

Les Eléphants de Côte d’Ivoire, ce n’est pas fort de le dire, ont subit une raclée ce lundi 22 janvier 2023 lors de leur dernier match de poule les opposant à la Guinée équatoriale. « Qu’est ce qui n’a pas marché », se questionnerait-on dans la rue abidjanaise. Tellement l’espoir placé en l’équipe de Côte d’Ivoire version Gasset était grand. Au coup de sifflet final, les Eléphants ont bu le calice jusqu’à la lie. Avec à la clé une humiliante (4-o) Le moins que l’on puisse dire c’est que les hommes de Gasset ont été transparents dans l’animation du jeu. Faut-il s’en étonner ? de l’ampleur de l’échec, peut-être oui.  Sinon nous sommes de ceux qui n’ont jamais cru au coaching Gasset. Même novice en football, le constat était net que l’équipe ivoirienne version Gasset n’avait pas de fond de jeu. Car, il ne suffit pas d’infliger (9-0) aux Séchelles pour être appelée une équipe. Une équipe comme son nom l’indique vaut son appellation par la cohésion et la cohérence dans le jeu. Ce qui n’a jamais été le cas de l’équipe de Gasset. Une équipe sans âme, incapable de montrer une animation de jeu comme l’a fait Cap Vert. Sans grande constellation de vedettes, l’équipe cap-verdienne donne plaisir à regarder jouer au foot. Mais cela est le fruit d’une construction particule après particule. A dire vrai, seule la FIF peut justifier le recrutement de Gasset. Nous ne prendrons pas à notre compte les rumeurs de copinage.  Nous disons simplement que les Ivoiriens ont renoncé à leur CAN depuis le rejet de l’alléchant projet de Didier Drogba par la majorité des présidents de clubs plus habitués à leurs gains personnels que le développement du football ivoirien. En éliminant Drogba dès le premier tour de l’élection à la présidence de la Fédération ivoirienne de Football (FIF), les Ivoiriens avaient sans le savoir renoncé à leur CAN ? en faisant le choix des pratiques peu recommandables qui gangrènent la gestion du football ivoirien.  Plus subsidiairement, peut-on créer des vibration positives autour de notre CAN, au moment où dans le sous-sol de la République croupissent depuis plus de 10 ans des pères de familles pour des raisons politiques ? Et même un homme de Dieu pour avoir fait selon ses bourreaux une fausse prophétie.   Ne dit-on pas que si le Seigneur ne construit pas la maison celui qui travaille, travaille en vain ? un homme de Dieu le dit sans cesse : « Dieu peut bénir parfois dans le désordre, mais jamais dans l’injustice ». Avait-on besoin de casser ces commerces des Ivoiriens, au nom de la CAN ? assurément pas, dès lors que ce n’est pas une exigence de la CAF. Pour des raisons purement cosmétiques. Pour cette mince écorce de chance qui nous reste pour voir la lumière des 8e de finales, osons corriger sur le tard ce qui doit l’être pour créer une véritable osmose autour de notre équipe nationale. Occulter la dimension métaphysique des choses c’est faire preuve de naïveté vis-à-vis du cosmos

Horizontal custom

Tché Bi Tché

tbt552@yahoo.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

treize + huit =

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com