Daloa : Les paysans, parents d’élèves, crient leur désarroi à Ouattara

0 917

« Nous les parents d’élèves regroupés en un Collectif des parents d’élèves et paysans, avons l’honneur de solliciter de votre bienveillance, la doléance pour cette rentrée scolaire 2018-2019.

En effet devant une misère sans précédent, la pauvreté s’aggrave chaque année. Cette année scolaire 2018-2019 place les paysans que nous sommes devant nos responsabilités parentales que nous ne pourrons pas satisfaire. Or nos enfants ont le droit d’aller à l’école comme les enfants dans le monde. Nous sommes obligés de vous solliciter pour la gratuité effective de l’école au profit des enfants des paysans.

En effet, Monsieur le Président, cette année scolaire ressemble à un cauchemar pour le fait que cette frange de la population se trouve confrontée à une crise financière sans précédent. Dans le silence de ce jour naissant du 10 septembre 2018, jour de la rentrée des classes, rien n’est sûr pour les paysans qui représentent les 2/3 de la population cible devant garantir la scolarité de leurs enfants.

Monsieur le Président, si les fonctionnaires peuvent se tirer d’affaires, ce n’est pas évident pour les pauvres dont les produits agricoles, à savoir l’anacarde, l’hévéa, le cacao, le café sont stockés ou vendus avec de sérieuses difficultés. Ces produits connaissent des difficultés d’achat. La culture cacaoyère a baissé pavillon pour plusieurs facteurs. Le  vieillissement des plantations, d’autres dévastés par les feux de brousse, la pluviométrie ne répond plus aux objectifs de régularité de la production cacaoyère. Voici ce qui explique les raisons d’une telle démarche auprès de vous, Monsieur le président. Si rien n’est fait, nous sommes convaincus que les élèves ne reprendront plus le chemin de l’école. Compte tenu de la cherté de la vie.  La tâche n’est pas facile pour les paysans qui tirent le diable par la queue. Les frais d’inscription dans les Lycées et collèges publics varient selon le bon vouloir des chefs d’établissement. En conclusion, l’école n’est pas gratuite. A toutes ces dépenses, s’ajoutent   le prix des fournitures scolaires, des œuvres scolaires, l’inscription en ligne et physique couronnées par les frais annexes et droits d’examens.

Monsieur le président, face à toutes ces difficultés, la gratuité de l’école profiterait aux paysans cette année.

Recevez Excellence, l’expression de notre profond respect.

Fait à Daloa, le 09/09/18

Pour le Collectif des parents d’élèves

Président  Jean Jacques Guéhi Zogbo.

Propos recueillis par Joseph Gbeuly à Daloa  

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

13 + cinq =

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com