CPI: Enfin la liberté pour le président Gbagbo et son ministre Charles Blé Goudé?

0 921

Le bureau de la procureure Fatou Bensouda a toujours soutenu mordicus que le président Gbagbo a concocté un plan d’extermination des malinkés appelés communément Dioula qui sont majoritairement partisans du chef d’État Alassane Ouattara, il n’en est rien.

Si cette thèse a tenu longtemps, et que le bureau de Bensouda s’est évertué à la démontrer sans convaincre, elle ne sera plus au centre des préoccupations de la Cour pénale internationale (CPI) dans l’affaire Laurent Ggagbo contre le procureur.

En effet, le mercredi 24 octobre lors de la révision du dossier avant la réouverture du procès prévu pour le 12 novembre, les trois juges requis pour l’affaire ont balayé du revers de la main la thèse de  »Plan commun ».

Selon eux, il n’y a jamais eu de plan commun contre les partisans de Alassane Ouattara en Côte d’Ivoire.

Et ceci clôt le débat à la CPI puisque c’est seulement la confirmation de cette thèse qui pourrait constituer les faits de crimes contre l’humanité dont cette juridiction internationale est compétente.

Si la thèse est détruite, cela va de soi que le président Gbagbo et Charles Blé Goudé devraient être purement et simplement libérés.

Depuis le 1er octobre, le bureau du procureur a apporté des éléments nouveaux dans l’affaire en vue de prouver l’existence du « Plan commun ». Pour les observateurs, prouver l’existence d’un tel plan est une mission impossible. C’est donc au tour des conseils des accusés de prendre la parole le 12 novembre pour montrer l’innocence de leurs clients.

Source: 2cminfo.net

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

19 − 1 =

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com