Côte d’Ivoire : La contrefaçon de médicaments inquiète les autorités sanitaires

0 888

La contrefaçon des médicaments constitue une véritable problématique pour les autorités sanitaires qui ont décidé de juguler ce fléau qui prend de l’ampleur dans le pays.

En effet, le président du Conseil de santé de Côte d’Ivoire, Benjamin Touré Nambala, a préconisé ce mardi à Abidjan une lutte efficace contre la contrefaçon de médicaments dans le pays.

Selon des experts en santé, les contrefaçons de médicaments représentent un risque pour la santé publique en raison de leur contenu qui peut être dangereux.

Sur cette question, M. Nambala qui intervenait à l’occasion d’une conférence a exhorté les autorités compétentes à « traiter le mal des médicaments frauduleux ou contrefaits à la racine, en coupant notamment les sources d’approvisionnement avec l’aide des douaniers ».

Pour lui, une lutte efficace contre le phénomène des médicaments contrefaits passe également par une application à la lettre de la législation pharmaceutique en vigueur.

Il a fustigé le commerce de ces produits illicites et a dénoncé leurs effets pervers, notamment le fait qu’ils accentuent les intoxications cliniques, les résistances aux antibiotiques et la toxicomanie.

Les contrefaçons de médicaments représentent un sérieux danger pour la santé. Dans le cas des contrefaçons de médicaments, il en va non seulement de la sécurité, mais aussi dans le pire des cas, de la vie des patients.

Actuellement, des mesures de sécurité complémentaires sont en cours de préparation en Cote d’Ivoire afin d’améliorer la sécurité des chaînes légales de livraison. C’est ainsi qu’à partir de février 2019, les emballages de médicaments soumis à ordonnance devront être munis d’une sécurité de première ouverture (par exemple un sceau).

En outre, les médicaments devront être scannés en pharmacie, respectivement au moment de leur remise, pour en contrôler l’authenticité. Concrètement, chaque boîte de médicament porte un code d’identification que le pharmacien vérifie avant de remettre le médicament au patient. À cet effet, chaque médicament est pourvu d’un numéro de série spécifique à l’emballage, enregistré dans une banque de données sécurisée. Si un emballage au numéro inconnu est scanné en pharmacie, ou si le numéro a déjà été scanné avant remise au patient, le système donne l’alarme.

Selon des statistiques du ministère de la Santé, la contrefaçon de médicaments fait perdre à la Côte d’Ivoire 30 milliards de FCFA.

Josué Koffi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

13 + 18 =

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com