Cinéma/phénomène d’orpaillage clandestin des enfants : Le film Djagassa présenté à Abidjan

0 433

Le film Djagassa du réalisateur, Hyacinthe Hounsou a été présenté, le samedi 21 aout 2021, lors d’une conférence de presse à Abidjan. Ce film sensibilise sur le travail des enfants dans les mines aurifères en Côte d’Ivoire. « Djagassa est une histoire que nous avons développée, il y a deux ans à la faveur d’une visite à l’intérieur du pays .Où j’avais constaté beaucoup de mines aurifères clandestines. Quand bien même que cela représentait un danger pour l’environnement. Mais j’ai été surpris de voir des enfants y travailler. On en parle très peu mais croyez-moi, ici, en Côte d’Ivoire et ailleurs en Afrique, il existe beaucoup de mines clandestines. A l’intérieur du pays, dans la région de la Mé où nous avons tourné le film, il y avait près de mille mines d’orpaillages clandestines dans la seule région. C’est un fléau et voir son enfant y travailler, cela m’a donné l’envie de faire un film pour dénoncer ce phénomène qui prend de l’ampleur »,a expliqué à l’hôtel palm club,  le réalisateur du film Djagassa. En présence des partenaires et toute l’équipe de production Hyacinthe Hounsou a indiqué que l’objectif de ce film est de sensibiliser sur ce phénomène qui dégrade de plus en plus l’environnement et qui tue à petit feu ces enfants. En plus, il s’agit d’amener ces personnes à quitter ces endroits. « En outre, nous sensibilisons l’Etat afin de créer les conditions pour leur insertion professionnelle pour qu’ils ne s’adonnent plus à cette pratiqué », a soutenu le réalisateur. Tourné avec un budget de 225 millions, ce film  a enregistré la participation d’une centaine d’acteurs  .Dont  Bohiri  Michel, Bienvenue Neba, Adja Ouattara, Yohann Bado qui participent à sa réalisation. La trame de ce film est la mésaventure d’un gamin dans une mine dangereuse à la recherche d’un témoin capital pour disculper sa mère, un témoin caché dans sa tanière et protégé par des adolescents très armés.  L’avant-première de ce film est prévue le 25 août 2021 au Palais de la Culture d’Abidjan. Pour le producteur de ce film Alexis Operi c’est une grande joie pour lui dans la mesure où dans sa vie, il a toujours lutté pour les droits des enfants.

Renaud Djatchi

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

onze − 9 =

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com