ABIDJAN : Le meeting de l’opposition réprimé par le régime

0 776

Décidément, Alassane Ouattara ne veut pas d’élections transparentes ni de démocratie en Côte d’Ivoire. Une fois encore sa machine répressive  a violemment dispersé ce samedi 17 mars 2018 dès 8 heures le rassemblement d’opposants, ce à coup de gaz lacrymogènes. Des partis d’opposition réunis au sein d’une coalition dénommée  Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté (EDS) avait appelé à un rassemblement pour protester contre les élections sénatoriales du samedi 24 mars prochain et le maintien hors délais de Youssouf Bakayoko à la tête de la Commission Electorale Indépendante (CEI). Pourtant, suite à une plainte d’Actions pour la Protection des Droits de l’Homme (Apdh) contre la République de Côte d’Ivoire auprès de la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP), l’Etat ivoirien a été sommé de reformer la Cei. L’institution africaine avait exigé la réforme pure et simple de la CEI dont le mandat du président est expiré et la composition en défaveur de l’opposition. Quoi de plus normal pour une opposition d’organiser des meetings pour dénoncer les impairs ou autres tares du pouvoir. Tous ces médias occidentaux et autres politiciens de l’Hexagone qui ont présenté Ouattara comme étant féru de la démocratie, avec ce que subi l’opposition ivoirienne, doivent surement avoir du remord.

Aaron KANIE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

8 − 5 =

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com