4e Congrès du FPI-Tendance Sangaré : Le président du congrès déballe tout !

0 809

Le 23 juillet 2011, au sortir d’une crise électorale sanglante qui s’est soldée par l’arrestation et la déportation du président Laurent Gbagbo, malgré un climat de terreur et de répression qui a poussé à l’exil ou en prison de nombreux militants, le Front Populaire Ivoirien, à la faveur d’un Comité central dirigé par feu le camarade Miaka Ouretto et le camarade Akoun Laurent, a mis en place une Direction intérimaire, laquelle organisera ensuite une Convention extraordinaire, les 21 et 22 février 2014, à partir de laquelle les structures du Parti seront mises en mouvement et la mobilisation renforcée. Initialement prévu pour se tenir en décembre 2014, le Congrès qui devait mettre le Parti en ordre de bataille aura été contrarié par la forfaiture de l’ex-camarade Affi N’guessan qui, par des agissements aux antipodes de la Ligne du Parti, a un temps fait planer sur le FPI le spectre de la renonciation à la lutte, via la récupération par le pouvoir.

Le 30 avril 2015, à Mama, dans des conditions toujours aussi difficiles, s’est tenu le 3ème Congrès extraordinaire à l’issue duquel le président Laurent Gbagbo fut élu président du Parti. Depuis cette date, la Direction du Parti, avec à sa tête le président Sangaré Abou Drahamane, co-fondateur du FPI et désigné pour assumer l’intérim du président Gbagbo injustement détenu à La Haye, a initié maintes actions avec, entre autres objectifs principaux, le rétablissement de la démocratie, la réalisation de la réconciliation nationale et la reconquête du pouvoir d’Etat par la voie des urnes, revendiquant ainsi l’inscription de son combat dans les idéaux et valeurs défendus par le Président Laurent Gbagbo. C’est dans ce contexte que, conformément à l’article 25 des Statuts du FPI, le Secrétariat général réuni le 15 avril 2017 a décidé de l’organisation du 4ème Congrès ordinaire du FPI dont le thème est : « Le FPI face aux défis de la reconquête du pouvoir d’Etat».

En organisant son 4ème Congrès ordinaire les 3 et 4 août 2018 à Moossou, le FPI veut se donner les moyens de continuer la lutte pour les valeurs fondamentales en souffrance telles que la démocratie et la souveraineté, et pour la reconquête du pouvoir d’Etat par des élections justes et transparentes. Ce Congrès sera donc l’occasion de repréciser le message politique du Parti par le rappel de son Projet de société et la mise à jour de son Programme de gouvernement en lien avec le contexte socio-politique du moment, le parcours spécifique du FPI et sa mission devant l’Histoire. Il s’agira ensuite de réaffirmer la Ligne du Parti et de définir les conditions d’alliances pertinentes et efficaces en vue de la poursuite de la lutte pour la démocratie et la souveraineté nationale. Parce qu’il sera aussi question d’y réfléchir aux voies et moyens d’améliorer l’organisation interne du Parti, le Congrès permettra, à n’en point douter, de redynamiser les structures du Parti et les mobiliser en vue de la reconquête du pouvoir d’Etat par les urnes. En lien avec ces objectifs, il s’agira de définir les conditions appropriées pour l’organisation d’élections justes et transparentes, en un mot, de créer les meilleures conditions pour la reconquête du pouvoir d’Etat par le FPI.

Le Congrès posera enfin la question de la libération du Président Laurent Gbagbo comme condition indispensable pour réconciliation nationale. En effet, au regard de tous les efforts qu’il a déployés en vue de la restauration de la paix en Côte d’Ivoire, le Président Laurent Gbagbo est le chainon manquant de la réconciliation nationale. Sa libération donnera à l’évidence un coup d’accélérateur au processus.

Conformément à l’Article 28 des Statuts, le Congrès réunira :

 

  • 400 membres de la Direction du Parti ;
  • 235 secrétaires généraux de Fédérations et de Structures spécialisés ;
  • 2500 secrétaires généraux de Sections ;
  • 17 représentants du FPI à l’Etranger ;
  • 280 délégués de Structures spécialisées et d’activités ;
  • 2635 délégués de Sections en national et à l’étranger.

 

Le nombre de membres statutaires attendus est d’environ 6000 auxquels il faut ajouter environ 4000 observateurs, ce qui nous donne, au bas mot, le chiffre de 10.000 congressistes attendus pour ce 4ème Congrès ordinaire du FPI.

Le Congrès aura à se prononcer sur les candidatures au poste de Président du Parti et des listes du Comité de Contrôle. Les conditions de ces élections sont précisées par les articles ci-dessous des Statuts, du Règlement intérieur et du Code électoral interne, à savoir :

 

  • Statuts : Articles 9 à 14 ;
  • Règlement intérieur : Article 20 (nouveau) et 28 ;
  • Code électoral interne : Articles 3 à 21 ; Articles 25 à 29 ; Articles 48 à 57 ; Articles 61 à 72.

 

Tout comme Mama en 2015 était le symbole de notre indéfectible attachement au Président Laurent Gbagbo, le lieu choisi pour la tenue de ces assisses, Moossou, se veut un hommage à la camarade Simone Ehivet-Gbagbo à qui nous entendons ainsi réaffirmer notre solidarité et notre admiration pour son combat en faveur d’une Côte d’Ivoire pétrie aux valeurs de la démocratie et de la souveraineté.

Fait à Abidjan, le 28 juin 2018

Le président du congrès

                                               Djodjo Togba

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

quinze + 18 =

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com